Un article de Droit-inc évoquant un climat de travail difficile à la Chambre de la sécurité financière (CSF) fait jaser dans l’industrie financière depuis sa publication le 5 avril dernier.

Un groupe d’une vingtaine d’employés, actuels et ancien, qui se sont confiés au journaliste Gabriel Poirier sous le couvert de l’anonymat déploreraient « un climat de travail tendu ». Celui-ci expliquerait en partie les quelques 23 départs de membres du personnel de la CSF qu’il a recensés entre janvier 2020 et octobre 2021, selon Droit-inc.

Un consultant externe aurait produit un rapport en octobre 2021 pour aider la CSF à gérer les changements générés par sa restructuration. « Le spécialiste en gestion des ressources humaines a été recruté par le conseil d’administration pour évaluer le climat de travail et les relations de la haute direction avec les employés », lit-on dans l’article de Droit-inc.

Depuis la publication de ce rapport, le climat à la CSF serait « plus sain », selon divers employés à qui Droit-Inc a parlé.

Il n’a pas été possible d’obtenir une réaction immédiate de Marie Elaine Farley, présidente et chef de la direction de la CSF. Dans l’article, la dirigeante affirme que la « transformation » opérée par la CSF a bouleversé plusieurs habitudes, et fait des mécontents. « Celle qui reconnaît avoir été témoin d’abus dans le passé soutient que ces situations sont réglées, et qu’il n’existe aucun « climat malsain » à la CSF », lit-on dans l’article de Droit-inc.

L’AMF S’Y INTÉRESSE

« L’Autorité a pris connaissance de l’article en question », confirme Sylvain Théberge, directeur des relations médias, Direction des Affaires publiques et des communications, à l’Autorité des marchés financiers (AMF), dans un courriel à Finance et Investissement.

Dans son rapport d’inspection de la CSF de décembre 2020, l’AMF écrivait ceci : « Quelques employés de la Chambre, dont certains occupant des postes clés au niveau des technologies de l’information, ont quitté l’organisation. Cette situation, bien que contrôlée par la Chambre, soulève un risque à considérer ».

Appelé à formuler des commentaires ou à apporter des précisions quant à ce risque, à la lumière des allégations contenues dans l’article de Droit-inc, l’Autorité indique : « Nous sommes en contact avec le conseil d’administration de la CSF afin nous assurer du suivi des recommandations découlant du rapport produit par un consultant externe sur le climat de travail à la CSF et de comprendre les améliorations qui ont été mises en place ces derniers mois ».

L’AMF n’a émis aucun autre commentaire. Au moment de mettre en ligne, la CSF avait accusé réception d’une demande de commentaires, mais n’y avait pas encore donné suite.