Photo : lightwise / 123RF

Si l’on parle fréquemment de l’écart de salaire entre hommes et femmes, on aborde moins souvent le fossé patrimonial qui les sépare quand vient le moment de la retraite. Ainsi, les Canadiennes quittent le marché du travail avec un patrimoine qui équivaut en moyenne à 78 % de celui des hommes, selon un rapport de la firme de conseil en assurance WTW, repris par Avantages.

Au niveau mondial, les femmes possèdent environ 74 % du patrimoine des hommes. En fait, ce pourcentage varie entre 60 % et 90 % selon les 39 pays analysés par la firme WTW.

« Il est impératif que les analyses relatives à la diversité, à l’équité et à l’inclusion des sexes soient élargies afin d’examiner la richesse économique à la fin de la carrière professionnelle des femmes », soutient Manjit Basi, directeur principal, Solutions intégrées et globales, WTW, par communiqué

Cette différence s’explique en grande partie par l’écart salarial, mais aussi par les interruptions de carrière professionnelle que vivent les femmes, notamment celles dues à la maternité.

« La rémunération est un facteur fondamental qui sous-tend l’écart de richesse entre les sexes, et si le fait de s’attaquer à l’écart de rémunération entre les sexes permettra de combler partiellement l’écart de richesse, cela ne l’éliminera pas entièrement », rapporte Manjit Basi.

L’écart entre les sexes est particulièrement frappant parmi les personnes occupant des postes de direction. Ces femmes se retrouvent avec un patrimoine bien moindre que celui de leurs homologues masculins quand vient le moment de prendre la retraite. Ce dernier représente environ 62 % du patrimoine des hommes qui ont occupé des postes de direction.

À l’inverse, les femmes qui ont occupé des emplois moins bien rémunérés se retrouvent avec l’équivalent de 89 % du patrimoine des hommes ayant travaillé dans le même type d’emplois.