Balance
Photo : phartisan / 123RF

Luc Vallée a été condamné à payer des amendes totalisant 71 000 $ par un juge de la Cour du Québec. Ce dernier faisait face à 11 chefs d’accusation pour avoir agi à titre de représentant en assurance de personnes sans détenir les certificats nécessaires, et ce après le 15 février 2016, date à partir de laquelle l’Autorité des marchés financiers (AMF) avait refusé de renouveler son certificat. Il a plaidé coupable à ces accusations.

Luc Vallée fait de plus l’objet d’autres procédures intentées par l’AMF. Le 27 février dernier, l’intimé avait déjà écopé d’une amende de 115 000 $ pour avoir agi à titre de conseiller en valeurs et en dérivés et à des placements sans prospectus. D’autant plus qu’il était visé par des ordonnances de blocage et d’interdiction depuis décembre 2014 pour cette même raison.

Et ce n’est pas tout, puisqu’en janvier 2019, le Tribunal administratif des marchés financiers l’avait condamné à une pénalité administrative de 38 000 $ en lien avec des activités de courtage illégal et de placement sans prospectus. Dans cette affaire, Luc Vallée et ses acolytes avaient créé des montages financiers permettant de faire des dons pour un montant plus élevé que le montant réellement déboursé, faisant ainsi miroiter aux donateurs un profit basé sur des retours fiscaux d’un montant plus élevé que le montant versé à l’origine.

Finalement en avril 2018, il avait dû s’acquitter d’une amende de 18 000 $, encore une fois pour avoir exercé illégalement l’activité de représentant de courtier en assurance de personnes.