Homme d'affaires devant un écran numérique.
Photo : Galina Peshkova

Le fournisseur de technologie financière TradingScreen a annoncé mercredi l’ouverture d’un centre de développement à Montréal. Il s’agit de la première incursion de la firme au Canada.

TradingScreen, dont le siège social se trouve à New York, offre à ses clients en gestion de placement, notamment des fonds communs, des fonds de couverture et des courtiers en valeurs mobilières, un écosystème technologique conçu pour gérer des ordres d’achat et des exécutions pour de nombreuses catégories d’actif.

La société possède des bureaux à Londres, Paris, Francfort, Genève, Singapour, Tokyo et Hong Kong. Elle s’attend à ce que sa filiale canadienne devienne « un atout essentiel pour ses activités mondiales de développement et de technologie ».

TradingScreen explique avoir arrêté son choix sur Montréal en raison de son « vaste bassin de talents dans le secteur de la technologie de l’information ». Cette expansion devrait créer environ 45 emplois dans la métropole au cours des deux prochaines années.

« Nous sommes heureux de nous installer dans une province dont le gouvernement est déterminé à attirer des sociétés technologiques comme la nôtre en leur offrant des mesures incitatives. Nous entrevoyons de vastes possibilités pour TradingScreen ici », affirme le président et chef de la direction de la société, Pierre Schroeder.

La ministre responsable de la région de Montréal, Chantal Rouleau, estime que l’implantation de TradingScreen à Montréal « générera des retombées importantes pour l’économie québécoise et montréalaise » et que la métropole « offre des avantages indéniables pour cette entreprise en pleine expansion ».

« Nous sommes ravis d’accueillir une entreprise comme Trading Screen en sol québécois, a ajouté le président-directeur général d’investissement Québec, Pierre Gabriel Côté. Leader mondial dans le développement de technologies financières, l’entreprise a choisi Montréal pour la solidité de l’écosystème financier, mais aussi et surtout pour le talent et l’expertise du capital humain d’ici. »