Photo : Galina Peshkova / 123RF

De bonnes occasions vont se présenter à mesure que seront relâchées les mesures de distanciation sociales, dit Luc de la Durantaye, stratège en chef et chef des investissements à Gestion d’actifs CIBC.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

« La reprise économique va dépendre de plusieurs facteurs. Si on trouve par exemple un remède qui pourrait alléger les symptômes de la COVID-19, cela va aider à réduire les mesures de santé publique qui ont plombé les économies. Mais un véritable retour à la normale ne sera pas possible avant que l’on ait découvert un vaccin qui pourra immuniser la population », résume Luc de la Durantaye.

Selon les connaissances scientifiques actuelles, nous devrons sûrement attendre entre 12 et 18 mois avant de trouver un vaccin, en espérant que le virus n’ait pas muté d’ici là. Mais l’expert entrevoit tout de même une reprise économique dans les prochains mois.

« Les mesures de santé publique sont assez draconiennes actuellement, et les gouvernements parlent de les assouplir graduellement. Cela va nous amener à une reprise économique en deuxième moitié de 2020, sans compter les mesures fiscales et monétaires qui vont aider à réduire les risques à la baisse sur les marchés financiers », dit Luc de la Durantaye.

« Avec la correction que l’on a connue, il va y avoir des occasions à saisir dans certains secteurs qui vont se déployer comme celui des technologies et dont les gens vont être plus dépendants et devraient bénéficier de la situation. D’autres secteurs comme le transport connaîtront une reprise plus lente », poursuit-il.

Quoi qu’il arrive, restons calme, adjure Luc de la Durantaye.

« Il ne faut pas céder à la panique. On a vu dans l’Histoire que dans toute période de grande volatilité, il y a des occasions qui se créent, et nous devons nous consacrer à identifier ces occasions dans les semaines et mois à venir. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.