Photo : dolgachov / 123rf

Une taxe sur la succession permettrait de combattre les différences de richesses parmi les Canadiens, affirme une étude du Centre canadien de politiques alternatives (CCPA).

L’imposition d’une taxe de 45 % sur les successions de 5 millions de dollars et plus donnerait deux milliards de dollars supplémentaires au gouvernement fédéral pour lutter contre les inégalités de richesse, souligne cette étude menée par l’économiste David Macdonald, cite Radio-Canada.

Pour le CCPA, orienté politiquement à gauche, une telle taxe de succession devrait être versée une fois par chaque héritier au moment où il reçoit sa part d’héritage.

TAXES VARIABLES AUX ÉTATS-UNIS

Le Canada n’impose présentement aucune taxe de succession, hormis les impôts sur les gains en capital. Aux États-Unis, une taxe fédérale de 18 % à 40 % existe, avec un abattement de 5,49 millions de dollars. Certains États, comme le Massachusetts, imposent une taxe supplémentaire sur la succession. De son côté, la Floride n’applique aucune taxe de succession.

D’après l’étude du CCPA, la moitié des Canadiens fortunés doivent leur richesse à un héritage. L’autre moitié a accumulé en créant des entreprises.

CONTRE-PRODUCTIVE?

Mais les conclusions du groupe de réflexion seraient contreproductives si on les appliquait, affirme Greg Mankiw, professeur en économie à l’Université de Harvard, également interrogé par Radio-Canada. L’absence de taxe de succession encourage l’investissement, stimule l’économie, et fait donc croître les revenus du gouvernement, précise-t-il.

M. Mankiw suggère plutôt de créer des taxes à la consommation pour accroître les revenus gouvernementaux. Chaque consommateur contribue alors à hauteur de ses dépenses, comme c’est le cas avec la TVQ et la TPS.