Hausse des prix de l'immobilier
Photo : MF3d / iStock

Selon le niveau d’agressivité de la Banque du Canada dans sa lutte contre l’inflation, elle pourrait conduire le marché immobilier vers une correction en 2023, prévient Benjamin Tal, économiste en chef adjoint à la CIBC.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

« On observe plusieurs signes d’un ralentissement du marché immobilier canadien, et c’est une très bonne chose. Ce marché est très sensible aux hausses de taux, or celles-ci se produisent à grande vitesse, entraînant une baisse des demandes de prêts hypothécaires, et une transition des taux variables vers les taux fixes. Les tests de résistance empêchent de plus en plus les gens d’acheter la maison qu’ils désirent, et cela ralentit leurs achats », résume Benjamin Tal.

L’expert rappelle que ce ralentissement est plutôt bienvenu après la hausse spectaculaire des prix dans les deux dernières années. Le phénomène devrait se poursuivre à mesure que la Banque du Canada poursuit sa politique de hausse des taux pour lutter contre l’inflation.

« Si les hausses de taux plafonnent à 2,5 % d’ici 2023, le marché devra s’ajuster. Le volume de transactions va fort probablement diminuer de 20 à 25 %, mais l’offre d’unités disponibles va baisser, ce qui devrait protéger les prix. Mais si pour une raison ou une autre, la Banque du Canada hausse les taux jusqu’à 3,5 %, ce qui est tout à fait possible, alors le marché subira une correction et non un simple ajustement », entrevoit Benjamin Tal.

Un aspect positif de cet environnement est qu’il va certainement décourager la spéculation, selon lui, notamment dans le secteur des condos.

Mais il est particulièrement optimiste pour le secteur de la location, qui devrait performer « très fort » – du point de vue des propriétaires bien sûr.

« N’oubliez pas que la valeur des maisons a beaucoup augmenté par rapport aux loyers, et on commence donc à assister à un rattrapage. Les gouvernements tentent d’améliorer l’offre locative, mais leurs mesures vont prendre du temps à faire effet. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.