Pour la deuxième fois cette année, la Réserve fédérale des États-Unis devrait relever ses taux d’intérêt mardi, probablement d’un quart de point de pourcentage, rapporte l’Agence France-Presse.

Si ce relèvement de 0,25 % se confirme, il s’agira de la deuxième hausse de l’année et de la septième depuis la fin de 2015, rappelle l’AFP.

L’agence indique que, avec cette nouvelle hausse, la politique monétaire de la banque centrale américaine continue progressivement à abandonner son orientation « accommodante » pour se rapprocher d’un seuil de « neutralité », autrement dit proche de l’inflation, et ce, sans chercher à stimuler ou à brider l’activité économique

LA FED OPTIMISTE POUR L’ÉCONOMIE

Malgré l’affrontement commercial qui se durcit entre les États-Unis, d’une part, et les autres pays occidentaux et la Chine, d’autre part, la Fed « restera probablement optimiste sur la trajectoire de l’économie à court terme et exprimera sa confiance dans le fait que l’inflation va durablement atteindre sa cible de 2 % », a expliqué à l’AFP l’analyste Kathy Bostjancic, d’Oxford Economics.

Selon l’agence, l’économie américaine devrait prochainement engranger les bénéfices de « l’énorme stimulus budgétaire » imposé par l’administration Trump, notamment par l’entremise des réductions d’impôts accordées aux entreprises, de la réforme fiscale et de la forte hausse des dépenses dans le domaine de l’armement.

Par conséquent, alors que la croissance est demeurée à 2,2 % (en rythme annuel) au premier trimestre, plusieurs économistes anticipent désormais qu’elle pourrait atteindre le seuil de 3 % visé par Donald Trump.

QUATRE HAUSSES DE TAUX CETTE ANNÉE?

Autre signe précurseur d’une éventuelle surchauffe à venir au cours des prochains mois, le taux de chômage chez nos voisins du Sud est passé sous de la barre des 4 %, soit le plus bas pourcentage depuis 18 ans et un niveau proche du record atteint il y a un demi-siècle. Autant de facteurs qui devraient « faire augmenter les salaires, ce qui n’est pas encore le cas, et donc doper l’inflation », analyse l’AFP.

Dans ces conditions, la plupart des analystes prévoient que la banque centrale américaine relèvera probablement ses taux quatre fois cette année au lieu des trois qui étaient jusqu’alors prévues. « L’inflation augmentera nettement plus que ne le croient la plupart des gens. La Fed va être en retard sur la musique et elle ne va probablement le réaliser que l’an prochain », a indiqué à l’agence Joseph Gagnon, chercheur au Peterson Institute for International Economics.

La rédaction vous recommande :