L’Institut québécois de planification financière (IQPF) souhaite profiter du mois de mars pour mieux faire connaître le planificateur financier. Même Facebook Live sera mis à contribution!

Chaque dimanche du mois de mars, les Québécois et Québécoises pourront poser leurs questions de planification financière et échanger en direct sur Facebook Live avec Nathalie Bachand, planificatrice financière au sein de Bachand Lafleur et présidente sortante du conseil d’administration de l’IQPF depuis juin 2014.

L’IQPF diffusera aussi une publicité sur les ondes de Radio-Canada, d’Explora et de RDI lors d’émissions de grande écoute, comme Tout le monde en parle, et sur le Web pendant tout le mois de mars. Le message de 30 secondes met en vedette des collègues de bureau, préoccupés par les différents aspects de leurs finances personnelles : aspects juridiques et succession, assurance et gestion des risques, finances, fiscalité, placements et retraite.

PUBLICITÉ INTERACTIVE

« La nouvelle campagne a pour but de démystifier et de valoriser le rôle du planificateur financier en démontrant l’importance de faire appel à un planificateur financier diplômé pour la gestion de ses finances », résume Jocelyne Houle-LeSarge, présidente-directrice générale et secrétaire de l’IQPF.

L’utilisation du Facebook Live est un élément central de cette campagne. « Par le Facebook Live, nous créons une synergie entre le volet médias traditionnels et le volet médias sociaux, explique la PDG. Cela nous permet également de donner au public l’accès à des professionnels qualifiés, qui répondront aux questions tout en démystifiant et valorisant le rôle du planificateur financier. » L’IQPF présente ce dernier comme le seul expert de toutes les facettes des finances personnelles.

ENCORE SOUS-UTILISÉ

Jocelyne Houle-LeSarge croit que le recours à un planificateur financier devrait être beaucoup plus répandu parmi les Québécois. Elle rappelle que selon un sondage réalisé par SOM pour l’IQPF en novembre dernier, l’argent et les finances personnelles (31 %) restent la première source de stress dans la vie des répondants, loin devant le travail (21 %), la santé (10 %) et la famille (9 %).

« Lorsqu’on leur demande si la gestion de leurs finances a déjà occasionné des situations malencontreuses, l’anxiété arrive première avec 42 %, suivie des chicanes de couple (29 %), de l’insomnie (26 %) et des cachotteries faites à un proche (14 %), ajoute-t-elle. Seulement 38 % des répondants ont affirmé ne pas avoir vécu l’une ou l’autre de ces situations au cours de leur vie. »

UNE AIDE NÉCESSAIRE

Les Québécois ont d’autant plus intérêt à discuter finances avec un professionnel qu’ils ne maîtrisent pas bien le sujet. Près du deux tiers des répondants (63 %) au sondage estiment ne pas disposer de toutes les connaissances nécessaires pour planifier adéquatement leur avenir financier et une majorité (53 %) considère avoir besoin d’aide en la matière.

De plus, ils hésitent à en parler avec un proche. En effet, environ un répondant au sondage SOM-IQPF sur trois se disait très ou plutôt mal à l’aise d’en parler avec ses proches, alors qu’un sur cinq seulement se disait très à l’aise d’aborder le sujet. Or, face à un professionnel de la planification financière, le degré de confiance est plus élevé. Un répondant sur trois se sent très à l’aise de discuter de ses finances personnelles avec une telle personne.

La rédaction vous recommande :