L’emploi a gagné environ46000en janvier, hissant le taux d’emploi à un sommet sans précédent (63,8%). Ces hausses ont ramené le taux de chômage à5,8%, égalant son plus bas taux en33ans déclaré en octobre2007.

Les progressions de janvier ont amené la croissance estimée de l’emploi des12derniers mois à337000(+2%). Cette hausse provient entièrement de la progression de l’emploi à temps plein, dont la croissance a été près du double de celle du travail à temps partiel.

Les progressions de janvier ont amené la croissance estimée de l’emploi des12derniers mois à337000(+2%). Cette hausse provient entièrement de la progression de l’emploi à temps plein, dont la croissance a été près du double de celle du travail à temps partiel.

La croissance de l’emploi en janvier a été répartie dans plusieurs industries. Des hausses ont été notées dans le secteur des services publics (+6000), ainsi que dans celui des biens, soit en construction (+20000), en fabrication (+18000) et en agriculture (+14000). Après un gain en décembre, l’emploi dans les ressources naturelles a chuté en janvier (-13000) pour atteindre un niveau semblable à janvier2007.

Dans le secteur des services, d’importants gains ont été observés en janvier dans les services professionnels, scientifiques et techniques (+30000), dans la finance, les assurances, l’immobilier et la location (+16000), de même que dans les « autres services » (+16000). Ces progressions ont été compensées par des reculs dans l’industrie de l’information, de la culture et des loisirs (-28000) et dans le commerce (-27000).

Dans les12derniers mois, les plus fortes avancées de l’emploi ont émergé dans la construction, les services professionnels, scientifiques et techniques, les administrations publiques, le transport et l’entreposage, ainsi que dans les « autres services ».

Même si l’emploi manufacturier a gagné un peu de terrain en janvier, il a dégringolé de 113000(-5,4%) dans les12derniers mois, surtout en Ontario et au Québec.

Le nombre d’employés dans le secteur privé a bondi de77000en janvier. Quant au secteur public,l’emploi est resté stable pour un troisième mois d’affilée. Cette halte fait suite à une forte poussée qui avait porté la croissance de l’emploi dans ce secteur à un taux estimé de6,2% pour les12derniers mois. Le travail indépendant, lui, a monté de2,6% durant la même période, et le nombre d’employés du secteur privé, d’un maigre0,7%.

Au plan provincial, les hausses de l’emploi en Alberta, en Colombie-Britannique et à Terre-Neuve-et-Labrador ont permis à ces provinces d’atteindre des taux d’emploi record en janvier. En Alberta, il s’est fixé à 72,1%, en Colombie-Britannique, à 63,9% (+12000 travailleurs), une hausse entièrement due au travail à temps plein, puis Terre-Neuve-et-Labrador, à 52,5% (+4000 travailleurs).

Au Québec, le taux de chômage s’est replié de0,2% pour atteindre 6,8%, soit un creux inégalé depuis33ans. Il a fléchi significativement depuis août2003, si bien que, même si, historiquement, il est beaucoup plus élevé que celui de l’Ontario, depuis près d’un an, l’écart entre les taux de chômage des deux provinces est inférieur à 1 %. En effet, le taux de chômage ontarien s’est fixé à6,3% en janvier, en baisse de0,2%.

Dans les12derniers mois, la progression de l’emploi de87000au Québec (+2,3%) a surtout été stimulée par la croissance dans la construction, dans le transport et l’entreposage ainsi que dans l’hébergement et les services de restauration.

À l’échelle nationale, l’augmentation des salaires horaires moyens sur 12 mois est restée vigoureuse en janvier, étant estimée à4,9% pour un deuxième mois d’affilée. Cette progression dépasse nettement la plus récente hausse des prix à la consommation (+2,4%). Janvier constitue aussi le sixième mois consécutif d’avancées sur12mois des salaires horaires égales ou supérieures à4%.

En janvier, les femmes de55ans et plus (+20000) et les hommes de25à54ans (+25000) ont connu les plus importantes hausses de l’emploi. De plus, depuis un an, l’emploi a augmenté 10fois plus rapidement chez les travailleurs de55ans et plus (+8%) que ceux de25à54ans (+0,8%). Les travailleurs âgés sont responsables d’une large part des hausses d’emploi grâce à la croissance de leur groupe d’âge dans la population canadienne vieillissante, ainsi qu’à l’avancée soutenue de leur taux d’emploi depuis1997.