Le dynamisme des marchés boursiers et la vente massive d’obligations qui ont suivi la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine ont favorisé une nette amélioration de la santé financière des régimes de retraite à prestations déterminées canadiens, selon les données mensuelles d’Aon Hewitt.

En effet, leur ratio de solvabilité médian s’élevait à 91,0 % au 1er décembre, en hausse de plus de cinq points par rapport au 1er novembre (86,1 %). On note aussi une nette augmentation de la proportion de régimes entièrement provisionnés (26,5 %) comparativement à il y a un mois (17,2 %).

RENDEMENTS EN BAISSE

Les rendements de l’actif ont cependant terminé le mois en légère baisse (-0,6 %). Les gains enregistrés par les actions américaines (4,0 %), les actions canadiennes (2,2 %) et les actions mondiales (1,8 %) ont été contrebalancés par la baisse du prix des obligations à long terme (-4,2 %), des obligations FTSE TMX Univers (-2,1 %) et des actions des marchés émergents (-4,3 %). L’immobilier mondial et les infrastructures ont également reculé de 2,4 % et 2,8 % respectivement.

Les taux de solvabilité à appliquer aux fins de l’achat de rentes ont pour leur part augmenté tandis que les rendements obligataires étaient en hausse. Les taux des obligations canadiennes à 10 ans et ceux des obligations à long terme ont progressé de 37 et de 31 points de base respectivement. Rappelons que les taux plus élevés des valeurs de transfert diminuent le passif de solvabilité des régimes de retraite.

La rédaction vous recommande :