Les institutions financières britanniques ont dépensé quelque 53milliards de livres (97milliards de dollars canadiens) pour solder des litiges ou payer des amendes pour conduite frauduleuse au cours des 15dernières années, rapporte Reuters.

Sur la base d’une étude récente du groupe de recherche indépendant New City Agenda, l’agence de presse précise que l’ampleur de ces montants a « entravé les efforts des banques pour reconstituer leurs fonds propres, limité leur capacité à accorder des prêts et réduit le montant des dividendes qu’elles sont en mesure de payer aux actionnaires ».

« INCONDUITE PERSISTANTE »

Par ailleurs, bien qu’elles aient été impliquées dans divers scandales, comme la manipulation des taux de change et des taux d’intérêt de référence ou le placement abusif d’assurances crédit, entre autres, les établissements bancaires britanniques ont continué à payer des milliards de livres de bonis à leurs équipes, observe l’étude.

« La rentabilité des banques de détail britanniques a été mise en danger par une inconduite persistante. Cela a appauvri chaque citoyen à travers nos fonds de pension et notre participation au capital des institutions qui ont fait l’objet d’un plan de sauvetage », dénonce John McFall, porte-parole de New City Agenda.

Si l’on en croit le rapport, la vente abusive d’assurances crédit aurait à elle seule coûté au minimum 37 milliards de livres au secteur (68milliards de dollars).

La rédaction vous recommande :