Aux prises avec le plus fort déclin de leurs profits en sept ans, les grandes banques canadiennes espèrent se renflouer en renforçant la distribution d’assurances de personnes. Pour ce faire, elles mettent l’accent sur le commerce électronique et inaugurent des bureaux entièrement dédiés à la vente de polices. Dans certains cas, on fait l’acquisition de compagnies d’assurances.Des pressions pour modifier la loi
L’ACAC, donc, n’entend pas en rester là. Elle fait pression sur les députés fédéraux pour qu’ils modifient la loi afin d’inclure les sites Internet dans la définition d’une succursale bancaire. L’ACAC peut compter sur l’appui de l’Independant Financial Brokers of Canada (IFB), un regroupement de 4000représentants indépendants, dont bon nombre de conseillers en sécurité financière. L’IFB invite ses membres à écrire aux députés fédéraux afin de dénoncer l’attitude des grandes banques canadiennes qui, selon elle, viole l’esprit de la loi à défaut d’en contourner la lettre.