L’indicateur avancé composite est demeuré stable en mars, après la hausse de janvier et le recul de février. Parmi lesdixcomposantes,sixont progressé en mars, contre quatrele mois précédent, grâce au logement et aux nouvelles commandes de biens durables qui ont repris du poil de la bête. Dans l’ensemble, les dépenses des ménages sont demeurées parmi les premiers facteurs de croissance. Par ailleurs, le marché des valeurs mobilières a remplacé la fabrication comme plus faible secteur de l’économie.

Toutes les composantes liées aux dépenses des ménages ont avancé. Les dépenses en biens durables ont grimpé pour un troisième mois de suite, les ventes d’automobiles ayant maintenu leur forte tendance haussière. L’indice du logement a crû de0,2% après cinq mois de baisses consécutives.

Quant au secteur de la fabrication, les exportations ont continué d’être fortement affectées par la baisse de la demande américaine, l’indice avancé déclinant pour un septième mois d’affilée. En contrepartie, les nouvelles commandes ont bondi de0,6%, grâce à une progression des biens d’investissement et à une remontée partielle du secteur automobile. Cette hausse des commandes n’a pas entraîné une croissance des livraisons, ce qui a fait diminuer le ratio des livraisons aux stocks pour le deuxième mois consécutif.

Finalement, en mars, le marché boursier a subi une cinquième baisse de suite, soit de1,9%, le plus fort repli de toutes les composantes.