Vos clients ne sont plus capables de supporter la volatilité explosive des marchés boursiers ? Ils pourraient simplement réduire la proportion d’actions que contiennent leurs portefeuilles, suggère l’édition en ligne du Wall Street Journal (WSJ). Non seulement ils se mettraient à l’abri des brusques fluctuations des cours, mais leurs rendements ne seraient que peu touchés.

Surprenante constatation du WSJ: sur une période de 21ans, un portefeuille parfaitement équilibré (50 % d’actions du Dow Jones des valeurs industrielles, 50% d’obligations américaines fédérales) rapporte 95% de ce que produit un portefeuille de croissance (80% d’actions Dow Jones, 20% d’obligations américaines fédérales). Et ce, avec une volatilité nettement moindre.

Scénario gagnant au Canada?

Curieux de voir si ce scénario pouvait convenir aux investisseurs canadiens, Conseiller.ca a demandé à Steven Zanolin, chef de produits, solutions de placements, aux fonds Desjardins, de faire cet exercice, mais avec des instruments financiers bien de chez nous.