Les investisseurs canadiens doivent se méfier des fraudeurs qui tentent de leur vendre illégalement des options binaires en prétendant qu’ils sont des courtiers en placement légitimes, met en garde l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières.

Dans un communiqué publié jeudi, l’OCRCVM souligne que plusieurs investisseurs l’ont récemment contacté afin d’obtenir des renseignements sur des entreprises soi-disant réglementées par ses soins, en particulier CDFtradeoption.com, exploitée par Westrade Holdings, et Globaloptionsmarket.net.

Or, ces deux compagnies ne sont pas régies par l’organisme, qui rappelle au passage que les options binaires ne peuvent être offertes ni vendues à des investisseurs de détail au Canada, et qu’aucun de ses courtiers membres n’est autorisé à en vendre au pays.

GARE AUX VOLS D’IDENTITÉ

Les particuliers ou les sociétés qui se feraient offrir ce type de produits « doivent le signaler sur-le-champ à leur commission des valeurs mobilières provinciale », prévient l’OCRCVM. En effet, insiste-t-il, « les options binaires sont généralement offertes par des escrocs en ligne au moyen d’annonces sur les médias sociaux qui semblent provenir de sites web légitimes », tandis que, dans certains cas, « les victimes de ces fraudes reçoivent des textos ou des appels téléphoniques non sollicités ».

L’Organisme indique par ailleurs que des investisseurs l’ont contacté pour lui signaler les cas d’entreprises qui vendent des bitcoins et d’autres types de cryptomonnaie en prétendant être réglementées alors qu’elles ne le sont pas. Certaines de ces sociétés demandent même aux personnes qu’elles approchent leur date de naissance, leur numéro d’assurance sociale ainsi que des renseignements bancaires dans le but de voler leur identité.

Pour vérifier si un courtier en placement est en règle et éviter ainsi tout risque d’arnaque, les consommateurs sont invités à visiter le site web de l’OCRCVM. Ils peuvent également connaître les antécédents, les compétences et le dossier disciplinaire, le cas échéant, des conseillers en placement inscrits auprès de l’Organisme en consultant gratuitement la base de données Info-conseiller.

« SE RENSEIGNER ET ÊTRE PRUDENT »

« Les sociétés de placement et les personnes réglementées par nos soins doivent respecter des normes strictes et agir de bonne foi et avec honnêteté et équité avec les investisseurs. Les escrocs, eux, se moquent complètement de ces normes et leur causent du tort », déplore le président et chef de la direction de l’OCRCVM, Andrew J. Kriegler.

« La protection des consommateurs et le maintien de l’intégrité des marchés financiers au Canada constituent une grande priorité pour nous. Nous exhortons donc les investisseurs à se méfier des escrocs qui leur promettent des gains rapides, à se renseigner et à se montrer prudents lorsqu’ils veulent investir ou obtenir des conseils en matière de placement », conclut le dirigeant.