Après un début d’année favorable, la croissance économique au pays devrait ralentir au cours de la seconde moitié de 2017, estime Stephen Poloz.

Le gouverneur de la Banque du Canada a émis cette prévision lors d’une rencontre avec des journalistes à Washington, samedi, en marge d’un sommet du Fonds monétaire international, rapporte QMI.

Depuis le début de l’année, l’économie canadienne caracole en tête des pays du G7, rappelle l’agence de presse. Toutefois, cette bonne performance ne concerne pas l’ensemble des entreprises ni des Canadiens, a reconnu le dirigeant.

MENACES AUTOUR DE L’ALÉNA

« Ces bons résultats n’ont toujours pas atteint tout le monde. Nous avons une économie qui a la tête dans le fourneau et les pieds dans le congélateur », a-t-il déclaré, selon Bloomberg (en anglais). D’autre part, « l’incertitude continue de régner sur le Canada », notamment à cause des menaces du président américain Donald Trump, qui laisse entendre depuis plusieurs mois qu’il entend se retirer de l’Accord de libre-échange nord-américain.

Or, une telle décision aurait de nombreuses conséquences difficiles à évaluer, croit Stephen Poloz. Celui-ci prévoit que, si ce scénario se concrétise, « il faudra attendre quelque temps pour voir quelles répercussions cela entraîne », mais que, de toute façon, « le commerce demeure un moteur important de notre économie ».

En raison de la vigueur de l’économie canadienne, la Banque du Canada a haussé son taux d’intérêt directeur à deux reprises depuis juillet, le portant à 1 %, après une précédente hausse à 0,75 % en juillet. La prochaine révision de ce taux est attendue pour le 25 octobre.

La rédaction vous recommande :