L’ancien premier ministre canadien Paul Martin est favorable à la création d’une commission pancanadienne des valeurs mobilières. C’est ce qu’il a déclaré à Conseiller.ca en marge de sa conférence sur la crise financière organisée le 12 novembre par le Conseil des relations internationales de Montréal.

«Cet organisme ne doit pas être imposé par Ottawa, mais créé en partenariat avec les provinces, nuance l’ancien premier ministre. Il faut éviter qu’il soit tellement concentré à Toronto que l’industrie minière de l’Ouest n’aurait plus accès au financement dont elle a besoin ou que le secteur financier québécois en soit désavantagé face à la province voisine.»

Paul Martin affirme que les provinces canadiennes ne sont pas en concurrence entre elles, mais avec l’ensemble de la planète. «Avec tout ce qui se passe dans le monde, le Canada devra développer une force que seules Ottawa et les provinces travaillant ensemble pourront créer.»

Comment y parvenir? «Cela reste à voir, répond Paul Martin. Je ne possède pas toutes les réponses, mais il faudra beaucoup de bonne volonté de la part de tout le monde.»

Quant à l’enjeu constitutionnel, l’ancien ministre des Finances reconnaît que les valeurs mobilières relèvent des provinces, mais ajoute «que la constitution a été adoptée à une autre époque; les enjeux évoluent.» Il prend pour exemple la situation au sud de nos frontières. «Qui aurait pu prédire qu’un gouvernement républicain investisse des actions dans les banques américaines?»

«Toutes les provinces gagneront à créer un contexte d’unité et de force commune», croit-il.