ahasoft2000 / 123RF

Si le recrutement de nouveaux talents constitue une quête sans fin pour bon nombre d’entrepreneurs, la rétention de ceux-ci demeure la priorité. Rick Spence, du Financial Post, livre dix conseils à l’attention des chefs d’entreprise désirant tirer le meilleur de leurs effectifs.

1- PERSONNE N’EST PAREIL 

L’idée que tous les travailleurs puissent partager les récompenses et succès est aussi ridicule que celle voulant que l’ancienneté dicte les hausses salariales. Dans un contexte de mobilité de la main-d’œuvre, il s’avère impossible de récompenser tous et chacun au même niveau : les meilleurs se plaindront du fait d’être traité comme le reste et les sous-performeurs ne quitteront jamais.

Signature de bonis, ententes de rémunération incitative, octroi de congés supplémentaires, offre de marques de reconnaissance aux talents principaux sont toutes des bonnes stratégies. Les employés réaliseront qu’on apprécie leurs efforts.

2- LA RECONNAISSANCE EST PLUS IMPORTANTE QUE L’ARGENT 

Les employés talentueux aiment être reconnus. Il est possible de nourrir la motivation et la fidélité à travers de simples gestes tels qu’un remerciement personnel, une note écrite saluant un accomplissement particulier, des billets de cinéma ou des cartes-cadeaux de restaurant pour un travail bien fait. Trop d’employés découvrent leur importance seulement après avoir remis leur démission.

3- L’AMÉLIORATION CRÉE DES CHAMPIONS 

Plusieurs chefs d’entreprise n’aiment pas avoir recours aux évaluations de performance. Mais les meilleurs talents veulent optimiser leurs capacités et leurs connaissances et nécessitent une supervision. Le gestionnaire peut prendre note de ce qu’ils font bien (ou moins bien) afin de pouvoir mieux les encadrer de manière ponctuelle. Il doit être toujours précis dans ses interventions et sur les points à améliorer. Il peut orienter les employés vers différentes ressources : livres, formations, adhésions à des associations, etc. Il prouvera ainsi qu’il prend leur développement continu aussi sérieusement qu’eux.

4- LES DÉFIS RELEVÉS SONT LES MEILLEURES RÉCOMPENSES 

On peut conserver ses effectifs plus longtemps en leur offrant de relever des défis. Le gestionnaire peut leur donner des missions difficiles, sans être impossibles, dont le succès sera concret et apprécié. Les talents et la compagnie peuvent croître ensemble.

5- ANALYSER SES MÉTHODES ET PRATIQUES 

Le recours à un coach de direction ou à un sondage des collègues et subordonnés peut permettre de comprendre de quelle(s) manière(s) le gestionnaire sabote peut-être ses propres efforts en matière de rétention. Est-il vraiment une bonne oreille? S’arroge-t-il toutes les réussites? Décourage-t-il les gens de lui dire la vérité? Les employés talentueux désirent toujours travailler avec les meilleurs patrons.

6- RENFORCER LES RELATIONS INTERPERSONNELLES DES TROUPES D’ÉLITE 

Lorsque les employés se sentent bien dans leur milieu de travail et avec leurs collègues, clients et fournisseurs, le risque de les voir quitter pour d’autres cieux demeure faible. Il importe de s’assurer qu’ils développent des relations suivies avec les employés des autres secteurs. Travailler en compagnie de gens que l’on aime et respecte est un puissant facteur de rétention.

7- PARTAGER LA RICHESSE 

Le partage des profits constitue indubitablement des « menotte dorées ». Il est même possible d’offrir des actions aux talents d’élite. Pour garder le contrôle, on peut établir un plan d’actions fantômes permettant à ceux-ci d’accumuler des actions simulées générant des dividendes et des hausses de valeur, tout en évitant les complications liées au concept de propriété.

8- TOLÉRANCE ZÉRO POUR LES SOUS-PERFORMEURS

Rien n’est plus démotivant pour les talents de constater qu’une organisation tolère, voire récompense, ceux qui n’ont pas l’excellence requise pour ce créneau professionnel. Si certaines personnes ne sont pas à la hauteur, on les congédie. En plus de se faire une faveur, le gestionnaire rassure ainsi ses talents au sujet de ses standards.

9- CRÉER UN ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL PLAISANT 

Instaurer une culture d’entreprise basée sur le positivisme est primordial, en gardant en tête que l’humour et et la confiance sont deux facteurs de motivation puissants. « Recruter des personnes gentilles qui vous font rire », disait justement Ami Dra, fondateur du site Idealist.org, une entité à but non-lucratif, dans un article récent du Businessweek.

10- LES LAISSER PARTIR

Lorsqu’un des talents principaux décide de quitter, il faut faire preuve de positivisme. Partager leur joie et leur rappeler qu’ils peuvent toujours revenir sont deux bonnes attitudes. On peut même considérer la possibilité de créer un groupe d’ex-employés ou de tenir une soirée sociale occasionnelle au bistro, question de garder le contact. Ceci fait en sorte qu’il est facile pour eux de revenir. Si on fait tout de la bonne manière, certains d’entre eux rentreront au bercail.