La bonne gestion des flux de trésorerie est l’un des fondements de la santé d’une entreprise.

C’est d’ailleurs l’un des axes sur lesquels la formation et le soutien aux PME de la Banque de développement du Canada repose. Voici les astuces que la banque spécialisée en entrepreneuriat propose.

La première chose à faire, c’est de se doter d’un budget détaillant rigoureusement tous les postes budgétaires, l’encaisse et les débours, ainsi que les acquisitions d’immobilisations et le financement prévu pour l’année en cours. Cela permet de mieux documenter ses décisions et de moduler sa stratégie en fonction de ses capacité, selon Nigel Robertson, cadre et formateur de BDC spécialisé dans la gestion financière.

Ainsi outillé, comparer les prévisions du budget avec les sorties et les entrées de fonds permet évidemment d’identifier si les liquidités sont suffisantes.

Mais cela permet également de faire des simulations : qu’arrivera-t-il si les prix fluctuent, si l’on cesse de faire affaire avec les mauvais payeurs ou si on fait d’importantes acquisitions?

Maintenant qu’on est en mesure de bien évaluer les forces et les faiblesses de la trésorerie, il devient plus facile d’augmenter ses liquidités.

La BDC propose ainsi de :

1. Demander un prêt commercial : en finançant la croissance et les projets de développement avec les liquidités, les risque d’être à court d’argent sont importants. Un prêt à versement fixe permet de planifier.

2. Liquider les vieux inventaires : beaucoup d’entreprises tiennent de vieux stocks, qui occupent de l’espace. Se débarrasser des invendus, même à perte, génère un flux.

3. Larguer les mauvais vendeurs : dans le même ordre d’idée, les produits peu populaires peuvent peser lourd sur la marge de crédit. Augmenter la rotation des stocks augmenterait ainsi l’argent dans les poches de l’entrepreneur.

4. Ouste, les mauvais payeurs : les clients qui paient en retard, qui sont toujours prêts à se plaindre ou retournent les produits mobilisent de l’attention et de l’énergie. Ce sont là des ressources qui seraient plus utiles pour augmenter les ventes auprès de vos meilleurs clients.

5. Vendre des actifs : se débarrasser de vieux machins ou d’espace inutilisé permet de dégager quelques surplus.

6. Le banquier est votre ami : des finances serrées? Tentez d’obtenir un délai, ou à tout le moins de réduire les paiements pendant quelque temps.

7. Rémunération variable : lorsque les liquidités baissent dangereusement et que les nouvelles ventes tardent à rentrer, réduire légèrement les horaires peut faire la différence.

À lire : Solutions de placements pour les propriétaires d’entreprise