L’Association canadienne des administrateurs de régimes de retraite (ACARR), qui peine à retracer certains participants de régimes de retraite, réclame l’aide de l’Agence du revenu du Canada (ARC) dans une lettre publiée la semaine dernière.

Concrètement, l’association souhaite que l’ARC rétablisse une unité de recherche nationale qui permettrait aux administrateurs de régimes de retraite de demander qu’une lettre soit envoyée en leur nom aux retraités dont ils n’ont aucune trace.

L’ARC offre actuellement un service similaire, mais les administrateurs de régimes ne peuvent y accéder que s’ils ont prouvé que toutes les autres avenues de recherche ont été tentées en vain.

Dans sa lettre, le chef de la direction de l’ACARR, Brian Hocking, explique que la difficulté de retracer les participants « disparus » préoccupe les administrateurs de régimes de retraite depuis un moment déjà.

Dans certains cas, le manque d’information sur ces bénéficiaires peut conduire à des problèmes dans le paiement des prestations. Elles peuvent parfois continuer à être versées à des participants décédés, alors que des conjoints survivants ne reçoivent pas les paiements auxquels ils ont droit.

L’ACARR demande en outre à l’ARC de permettre aux administrateurs d’accéder à ses dossiers pour confirmer si un participant est vivant ou décédé.

« Le processus de recouvrement peut être coûteux et compliqué pour les administrateurs de régimes, écrit Brian Hocking. Ce service permettrait de minimiser la responsabilité potentielle des régimes de retraite, contribuerait à éliminer la réception frauduleuse de paiements et limiterait les impacts sur les participants, qui perdent parfois une partie de leur revenu de retraite ou qui doivent rembourser des montants payés en trop. »

Ce texte a d’abord été publié sur sur le site de Benefits Canada. Traduction et adaptation par Pierre-Luc Trudel.

La rédaction vous recommande :