Pour une deuxième année, Investissement Québec a pris la route pour aller à la rencontre des manufacturiers québécois dans le cadre de son « Initiative manufacturière ». L’objectif? Qu’ils prennent le virage de l’innovation!

Sept villes seront ainsi visitées d’ici la fin du mois de novembre : Shawinigan, Saint-Georges, Rivière-du-Loup, Saint-Jérôme, Saint-Hyacinthe, Boucherville et Victoriaville.

L’initiative vise à assurer la prospérité des entreprises québécoises en les incitant à investir dans l’innovation et en les aidant à devenir plus compétitives dans la course à la révolution industrielle 4.0. La tournée proposera des petits déjeuners d’information, des visites d’entreprises et des rencontres avec des spécialistes en innovation et en financement.

À sa première édition l’automne dernier, l’Initiative manufacturière a permis de rencontrer quelque 1 000 entrepreneurs québécois.

« Nous avons vu, dans les derniers mois, des manufacturiers de partout au Québec se lever et nous parler de leurs projets d’innovation. Voilà pourquoi nous repartons cette année : nous voulons convaincre davantage de manufacturiers de prendre le virage de l’innovation pour qu’ils demeurent concurrentiels et puissent assurer leur prospérité », a affirmé Pierre Gabriel Côté, président-directeur général d’Investissement Québec.

3 ENJEUX, 10 SOLUTIONS

Pour assurer leur croissance, les entreprises manufacturières québécoises devront relever trois grands enjeux, soit pallier l’écart de compétences et la pénurie de main-d’œuvre, innover dans leurs procédés et leurs produits et vendre à l’extérieur du Québec.

Pour ce faire, Investissement Québec propose 10 solutions :

  1. Lancer une campagne de sensibilisation et de valorisation faisant la promotion du secteur manufacturier auprès du grand public.
  2. Créer un guichet unique regroupant toutes les mesures de soutien aux entreprises. Un tel guichet sera mis en ligne sous peu.
  3. Préparer un programme d’accompagnement au développement et à la commercialisation des produits innovants.
  4. Étudier quels produits importés pourraient éventuellement être fabriqués au Québec par des entreprises québécoises.
  5. Établir un réseau d’échange et de partage d’expérience entre exportateurs dans le but de partager les meilleures pratiques innovantes.
  6. Créer un projet de formation appliquée en entreprises du type « industrie études » pour la formation initiale et continue de la main-d’œuvre.
  7. Miser sur une immigration plus ciblée et mieux structurée pour combler les besoins de main-d’œuvre, notamment en région.
  8. Inciter les entreprises à réaliser des projets collaboratifs en automatisation et en innovation de procédés dans le but d’améliorer leur compétitivité.
  9. Former la prochaine génération de spécialistes en commercialisation dans les marchés d’exportation grâce à une nouvelle attestation d’études collégiales.
  10. Fournir un appui financier aux entreprises manufacturières. Pour ce faire, Investissement Québec dispose d’une enveloppe de 825 M$ sur trois ans.

La rédaction vous recommande :