En juin dernier, un rapport de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, intitulé Le transfert des entreprises à la relève – un enjeu majeur pour l’économie du Québec, révélait que près de 5700 entreprises québécoises pourraient cesser leurs activités d’ici 2024 pour cause de manque de relève. Bilan anticipé : pertes de 80 000 emplois et de
8,2 G$ en PIB
.

L’apport de 120 nouveaux repreneurs diplômés du Centre de transfert d’entreprises de Montréal vient ainsi répondre aux besoins importants exprimés par le milieu des affaires. Ceux-ci viennent s’inscrire et s’ajouter au répertoire virtuel du CTE, qui vise à mettre en présence les repreneurs, les cédants et les professionnels spécialisés dans la relève et les processus de transfert.

Contexte et impacts

Les PME occupent une place prépondérante dans l’économie québécoise. Représentant 99,8 % des entreprises, elles contribuent à plus de la moitié du PIB et concentrent 87 % des emplois du secteur privé. Pas moins de 90 % d’entre elles sont familiales. Pourtant, seulement 30 % passent le cap de la première génération, et 10 % celui de la deuxième génération.

C’est en tenant compte de ce contexte que le CTE de Montréal a élaboré la formation Achat d’une entreprise, qui valide les connaissances et aptitudes des diplômés en vue de l’ouverture d’un dialogue avec un cédant, et d’assurer la relève de son entreprise. Un processus pouvant se tenir sur une période de trois à huit ans, selon le CTE. Les impacts de la relève sont nombreux et importants. Ils se font ressentir sur le plan des investissements, de la compétitivité, du développement régional et des recettes fiscales.

Les transferts d’entreprises peuvent être classés en fonction des types de repreneurs, dont les trois principaux sont :

  • familial : la compagnie est transférée à au moins un membre de la famille;
  • interne : l’entreprise est cédée à un employé ou à une coopérative d’employés sans lien de parenté avec le propriétaire;
  • externe : la relève est assurée par un ou plusieurs individus sans lien avec la famille ou avec l’entreprise.

La rédaction vous recommande :

Une journée pour attirer la relève

La plupart des propriétaires de PME canadiennes n’ont pas de plan de succession