Votre image se reflète jusque sur vos documents professionnels. Malgré qu’aujourd’hui les communications et le marketing se fassent majoritairement de façon électronique, vous pouvez encore avoir un impact important grâce à votre carte professionnelle ou une note écrite à la main. Il faut donc créer une première impression forte, avec un aspect soigné et cohérent, explique Peter Richardson, de Meade Graphics, situé à Markham en Ontario.

Pourquoi ça aide?

Votre papier à lettres à lui seul ne vous permettra pas de propulser votre pratique, mais il renforce votre image de marque. Au-delà du logo et du design, l’épaisseur et la qualité du papier envoient un message.

Jason Cumbers, propriétaire de Print 1 à Régina, en Saskatchewan, fait un lien entre l’en-tête de votre papier à lettres et les vêtements que vous portez quand vous rencontrez un client : « Tout doit être chic ».

En chiffres

  • – 910 $ : pour 1000 feuilles de papier à lettres, 1000 enveloppes et 1000 cartes professionnelles.
  • – Le papier à lettres de 20 livres peut coûter entre 280 $ et 300 $, tout dépend du design et des couleurs choisis. Le papier de 28 livres coûte un petit peu plus, soit entre 290 $ et 310 $. Si vous voulez du papier de meilleure qualité (en lin par exemple), ajoutez 5 à 15 % de plus.
  • – Comptez environ 300 $ pour des enveloppes no 10 blanches et vous pouvez ajouter un autre 100 $ pour des enveloppes commerciales en lin.
  • – Pour les cartes professionnelles, vous pourriez payer environ 200 $ pour des cartes de 80 livres et environ 10 % de plus pour des cartes de 120 livres. Les coûts grimpent de 200 $ si le texte est estampé, puisque cela requiert une teinture spéciale. Si vous voulez investir encore un peu, M. Richardson suggère d’ajouter une centaine de dollars pour un revêtement laminé mat. « C’est une finition lisse, qui rend la carte plus chic », explique-t-il.
  • Tous les prix sont pour des quantités de 1000

Le papier bas de gamme et mince – comme ce que la plupart des gens utilisent pour imprimer à la maison – pourrait faire s’interroger de futurs clients sur votre souci du détail dans d’autres domaines, croit pour sa part Jim Isman, associé à Hillside Printing à Victoria, en Colombie-Britannique.

Bon à savoir

L’information sur votre papier à lettres (nom, titre, adresse) devrait être lisible du premier coup.

Pour les cartes professionnelles, il vaut mieux mettre ces informations sur le dessus de la carte et au milieu, près du logo, conseille Aaron Green, gestionnaire de la production à Kwik Kopy à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Pour le papier à lettres, il n’y a pas de règle. Mais trop de polices, tailles et couleurs différentes encombrent inutilement votre correspondance. N’oubliez pas que le design de votre en-tête doit laisser assez de place pour écrire vos lettres d’affaires.

Les polices sont une question de goût, mais pour la clarté, M. Richardson préfère Verdana, ainsi qu’Arial et Calibri. M. Green favorise quant à lui Garamond, Rockwell, Frutiger, Neue Helvetica, Gill Sans, Avenir ou Myriad.

Il vaut mieux acheter en personne. De cette façon, vous pourrez tâter l’épaisseur du papier, la qualité et le grain ainsi qu’évaluer sa couleur. Si l’échantillon n’est pas attirant, votre version imprimée ne le sera pas non plus

Un papier à en-tête de qualité pèse entre 24 et 28 livres (ce qui signifie que 1000 feuilles standard pèsent entre 24 et 28 livres), explique M. Richardson. M. Green ajoute que le papier texturé confère de l’élégance et est souvent offert en blanc cassé et autres nuances de blanc. Les cartes professionnelles peuvent être imprimées sur du papier plus brut ou glacé, mais également sur du papier semblable à celui du papier à lettres.

À la rescousse!

N’importe qui ayant des talents de graphiste et un photocopieur peut dire qu’il gère une compagnie d’imprimerie. Ce que vous voulez, c’est choisir une entreprise qui se fait un devoir de toujours couper les cartes professionnelles avec constance afin que le logo et le texte soient parfaitement alignés chaque fois. Ces compagnies s’appellent généralement des imprimeries, pas des centres de copies, et offrent plus d’options d’impression, comme les presses à quatre couleurs, en plus d’avoir la capacité d’imprimer sur du papier plus lourd.

À lire : 5 trucs pour renforcer votre équipe