Photo : Brian Jackson / 123RF

La pandémie a fait bondir les ventes en ligne au cours des deux dernières années. Cette bonne nouvelle possède un revers : la croissance des affaires sur Internet a également entraîné une augmentation des menaces pour la sécurité informatique des entreprises.

Une majorité de PME (72%) déclarent n’avoir jamais été aussi inquiètes du risque de cyberattaques contre leur entreprise, selon un sondage de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) et de Mastercard mené auprès de plus de 2 800 PME au pays, du 8 au 15 mars.

D’après le sondage, 8 % des PME interrogées ont été victimes d’une cyberattaque au cours des 12 derniers mois, et près du quart (24%) d’entre elles signalent une augmentation du nombre de tentatives de piratage informatique pendant cette période.

Les pirates ont tenté de s’introduire dans le système informatique des entreprises ou d’utiliser Internet pour leur dérober de l’argent, des renseignements bancaires ou des données clients.

En moyenne, ces attaques ont fait perdre 26 000 $ aux PME qui en ont été victimes, incluant le temps perdu. Certains propriétaires affirment que le piratage de leurs systèmes leur a coûté jusqu’à un demi-million de dollars tandis que d’autres signalent avoir subi des préjudices importants.

Alors que la majorité des PME (60 %) déclarent avoir l’intention de renforcer leurs mesures de cybersécurité cette année, le sondage montre qu’un chef de PME sur deux ne sait pas par où commencer pour mieux protéger son entreprise contre les cyberattaques

Pour les aider à mieux se prémunir contre ces risques, la FCEI a mis sur pied en partenariat avec Mastercard, un programme d’éducation qui offrira aux propriétaires de PME et à leurs employés des cours en ligne sur la prévention contre les rançongiciels et les cyberattaques ainsi que sur les moyens de reconnaître la fraude, d’identifier et de prévenir les attaques d’ingénierie sociale.

« Face à cette nouvelle réalité, il est essentiel que les PME puissent être bien protégées. (…) La cybersécurité peut paraître compliquée. Mais elle n’a pas besoin de l’être », a déclaré Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la FCEI, dans un communiqué.