alphaspirit / 123RF

Vous démarrez une entreprise, il est normal que vous fassiez tout : coller des timbres, photocopier des rapports, etc. Mais maintenant que vous avez quelques employés, il est temps de développer votre pensée stratégique.

Il ne s’agit pas de pelleter des nuages, insiste le consultant en management stratégique américain Paul Schoemaker dans les pages du magazine Entrepreneurial Inc.

Plusieurs entrepreneurs ont le réflexe de s’occuper de ce qui est urgent là, maintenant. « C’est très risqué, écrit Paul Schoemaker, car vous allez rater des opportunités et passer à côté des signaux qui vous indiquent que vous êtes en déroute. »

Développer sa pensée stratégique est difficile. Surtout que peu de gens savent vraiment ce que c’est. Cependant, « après deux décennies de consultation dans des entreprises, petites et grandes, mes collègues et moi avons identifié ce qui est nécessaire [à cet effet] », poursuit Paul Schoemaker.

L’ANTICIPATION 

Plusieurs entrepreneurs ne se préoccupent que de ce qui est directement face à eux. Ils n’ont pas de vision périphérique, leur permettant de voir ce qui se passe en marge de leur marché. « Cela vous rend vulnérable aux concurrents qui sauront décoder les signaux confus qu’ils reçoivent. »

Pour cela, il faut s’attarder aux innovations qui surviennent en périphérie de votre secteur, voir au-delà des limites de votre industrie et cultiver un réseau de ressources vous permettant de savoir ce qui se passe.

La pensée critique

Les idées convenues sont rarement critiquées. « Mais si vous vous contentez de suivre les modes et de ne jamais vous remettre en question, vous perdez votre avantage concurrentiel ». Il faut être critique. Et pour y arriver, il faut aller au-delà des apparences et régler les problèmes à la source, remettre en question vos idées reçues, et surtout identifier les préjugés et la part de croyance populaire dans le processus décisionnel.

SACHEZ INTERPRÉTER 

L’ambiguïté d’une situation n’est pas chose facile à vivre. Dans ces cas-là, on a tendance à choisir la solution facile, celle qui est le plus souvent la mauvaise. « Une bonne pensée stratégique absorbe beaucoup d’information et recense tous les points de vue avant de conclure. »

Pour relever la qualité de votre interprétation, apprenez à décoder les tendances dans plusieurs sources de données, encouragez vos partenaires à faire de même et évaluez plusieurs hypothèses simultanément.

DÉCIDEZ ET AGISSEZ 

Il faut pouvoir aller de l’avant avec l’information obtenue, même si elle est parfois incomplète. Votre décision doit être « bonne », et non pas la « meilleure », ce qui pourrait vous empêcher d’agir à temps. Pour ce faire, établissez votre action selon les paramètres fondamentaux du problème, trouvez l’équilibre entre la vitesse, la rigueur, la qualité et l’agilité. Et n’ayez pas peur de décider même sans avoir toute l’information, et malgré l’opinion contraire de certains.

Pour tester votre potentiel stratégique, Paul Schoemaker vous invite à participer à ce questionnaire (en anglais seulement). À envoyer à vos clients entrepreneurs!