rawpixel / 123RF

Parce que l’avenir d’une PME est fonction de la vision de son fondateur et de sa capacité à bien s’entourer, il vaut la peine de s’attarder sur ce qui fait un bon patron. Et sur les façons dont cela se transmet au modèle d’affaires.

Ainsi, les consultants Humania Ressources humaines, qui tenaient kiosque au dernier Salon StratégiesPME à Montréal le mois dernier, proposent le bilan des compétences que doit avoir tout patron.

Si l’entrepreneur aime l’action et ne craint pas de prendre des risques, encore faut-il qu’il ait les compétences nécessaires pour mener sa barque à bon port.

Parmi celles-ci, le conseiller en ressources humaines Patrick Bernier, d’Humania RH, énumère les plus importantes : il a ainsi identifié chez les dirigeants de PME qui sont en croissance « certaines compétences communes » : la connaissance de son secteur et de la gestion, la confiance, l’énergie, la tolérance au stress, L’adaptabilité au changement et la capacité de bien s’entourer et de déléguer.

« Nous pensons qu’il est normal pour un entrepreneur de perdre de l’intérêt ou d’omettre d’actualiser ses compétences lors de son parcours. Mais cette situation peut hypothéquer l’avenir de ses affaires », soutient Patrick Bernier.

Il s’agit alors de prendre du recul et de faire le bilan de ses compétences. Notamment en matière de gestion des ressources humaines.

Toujours selon Patrick Bernier, « l’entrepreneur qui sait s’entourer proposera un cadre d’intervention axé sur l’évaluation des résultats et portera attention à ne pas trop limiter les gens dans leur liberté d’action. Il fera intrusion dans le travail de ses employés seulement si ceux-ci s’éloignent des attentes ».

Il est donc important de clarifier ses attentes, de définir des objectifs et de s’assurer que l’employé a les moyens de les atteindre. En faisant en sorte que l’employé est en contrôle de son travail, on se simplifie la vie.

« Notre expérience nous démontre qu’un superviseur immédiat devrait passer entre 5 à 10 minutes par jour avec chaque employé pour s’assurer qu’il est heureux et productif », ajoute Patrick Bernier.

En outre, avec une série de sondages menés dans 75 PME de moins de 100 employés, Humania RH a pu dresser la liste de dix pratiques de gestion des RH qui donnent un avantage concurrentiel à l’entrepreneur.

Parmi celles-ci :

  • Les employés sont informés régulièrement de l’avancement des projets de l’entreprise;
  • Chaque formation donnée à un employé a l’objectif d’améliorer la performance individuelle;
  • Les augmentations de salaire sont en lien avec la performance des employés;
  • Les gestionnaires impliquent les employés systématiquement dans la résolution de problème;
  • Une rencontre d’appréciation de la performance est réalisée au moins une fois par année;
  • Un suivi est réalisé sur les demandes des employés.

Selon Humania RH, on retrouve ces pratiques dans plus des deux tiers des PME qui connaissent du succès.

Enfin, les sondages ont permis d’identifier des pratiques qui, lorsqu’elles sont absentes des méthodes de gestion, minent l’avantage concurrentiel d’un entrepreneur.

Ainsi, l’absence d’un plan de relève dans les postes clés, de structure de rémunération équitable et adaptée au marché, d’évaluation de la mobilisation des employés, et des carences dans la formation des superviseurs sur la gestion efficace du rendement est souvent responsable d’une faible productivité en entreprise.