Il existe un fossé important entre ce que les employeurs croient que les employés recherchent et les attentes de ces derniers, affirme Towers Watson.

Le Sondage mondial sur la gestion des talents et la rétribution de Towers Watson démontre que la majorité des employeurs font face à des enjeux relatifs à l’attraction et à la fidélisation des employés au rendement supérieur et au potentiel élevé.

« Les employeurs continuent de reconnaître l’importance de la rémunération de base et des possibilités de progression de carrière, qui sont conformes aux priorités des employés, affirme France Dufresne, chef de pratique, Rétribution, talents et communication chez Towers Watson à Montréal.

« Parallèlement, ils ratent la cible pour ce qui est des autres facteurs clés de l’attraction et de la fidélisation, à savoir que la sécurité d’emploi est devenue aussi bien un important facteur de l’attraction qu’un important facteur de la fidélisation, et que la confiance à l’égard de la direction d’une organisation est devenue un facteur clé. »

Sécurité d’emploi

Un autre sondage de la société révèle que la sécurité d’emploi est la deuxième principale raison pour laquelle les employés choisissent une organisation, et la quatrième principale raison pour laquelle ils décident d’y rester.

Les employés ont aussi indiqué que la confiance à l’égard de la direction était au troisième rang dans les raisons les plus importantes pour lesquelles ils décident de rester au service d’une organisation.

Inversement, les employeurs ne reconnaissent aucun de ces facteurs comme étant des facteurs clés de l’attraction et de la fidélisation.

Il n’y a pas lieu de s’étonner que moins de la moitié des employés pensent que leur entreprise est efficace pour attirer et fidéliser les meilleurs employés, souligne-ton. Seulement 46 % des employés participants ont indiqué que leur employeur embauchait des employés très qualifiés, alors que 42 % ont indiqué que leur employeur était efficace pour fidéliser des employés de talent.

Le Sondage mondial sur la main-d’œuvre a aussi révélé que nombre d’employés se sentaient bloqués dans leur poste actuel; 41 % ont indiqué qu’il leur faudrait quitter leur organisation pour progresser dans leur carrière.

Côté employeurs, 49 % croient qu’ils sont efficaces pour offrir les possibilités de progression de carrière conventionnelles, alors que 35 % croient que, comparativement à l’année dernière, les possibilités de progression de carrière se sont améliorées.

Leadership absent

Le Sondage mondial sur la main-d’œuvre a conclu que le leadership efficace (l’intensité du lien entre les employés et leur organisation) était le premier facteur d’engagement durable.

Par contre, moins de la moitié des employés (48 %) s’entendent sur le fait que la direction est efficace.

« On ne saurait trop insister sur l’importance du leadership. Quand il s’agit de fidélisation des employés, la confiance dans le travail accompli par la direction est une des principales raisons pour lesquelles des travailleurs décident de rester au service d’une organisation », indique Lucille Raikes, conseillère principale du secteur rémunération globale, talents et communication.