Les données ont de quoi étonner. Plus de la moitié des créances interentreprises impayées depuis plus de 90 jours ont été radiées comme irrécouvrables par des entreprises au Brésil, au Canada, au Mexique et aux États-Unis, selon le Baromètre Atradius des pratiques de paiement de septembre.

L’enquête, effectuée auprès de fournisseurs interentreprises dans ces pays, révèle que :

• 38,4 % de la valeur totale des créances interentreprises demeure impayée à la date d’échéance (contre 35 % en Europe) ;

• 5,2 % de la valeur des factures reste impayée 90 jours après la date d’échéance ;

• 2,7 % (environ 52 % de la valeur des factures non payées 90 jours après la date d’échéance) ont été radiées comme irrécouvrables.

Dans leurs pratiques interentreprises quotidiennes, les répondants continuent de prioriser l’évaluation et la gestion du crédit : 81,5 % ont recours à des politiques de gestion du crédit visant à réduire les risques et 50 % sécurisent leur chaîne commerciale en validant la solvabilité des acheteurs et/ou en utilisant des pratiques de paiement sécuritaires.

De graves conséquences

Les effets du non-paiement sont nombreux et peuvent avoir des conséquences importantes sur le chiffre d’affaires, la trésorerie, la cote de crédit et la chaîne d’approvisionnement d’une entreprise : investissements en ressources pour assurer le recouvrement de dettes, pertes de capitaux pouvant être injectés dans le développement de l’entreprise, tensions exercées sur les flots de trésorerie.

À cet effet, l’étude indique que les paiements en retard génèrent une grande disparité entre les délais moyens de paiement (28 jours) et les délais moyens de recouvrement des comptes clients (48 jours). Pour les entreprises, l’écart existant entre ces deux délais prescrits serait préoccupant et forcerait celles-ci à orienter leur gestion différemment. Ainsi, près d’un tiers des répondants a indiqué que le maintien d’un flux de trésorerie suffisant a constitué l’un des plus grands défis permettant d’assurer la rentabilité de leur entreprise cette année.

« Les résultats de cette enquête soulignent la nécessité pour les entreprises d’être vigilantes en matière de gestion du crédit, et de protéger leur trésorerie et leur rentabilité contre les non-paiements grâce à des outils tels que les assurances crédits. Elles offrent la protection la plus complète contre l’insolvabilité et le défaut de paiement et permettent de réduire les délais de recouvrement des comptes clients, d’améliorer les flux de trésorerie et de prévoir des modalités de paiement plus concurrentielles », indique David Huey, directeur régional d’Atradius chargé de l’assurance crédit pour l’ALENA.

Importance des compétences en analyse pour les employés de la comptabilité et de la finance

Obligatoires pour tous14 %
Obligatoires pour certains postes 49 %
Commodes, mais pas obligatoires23 %
Rarement nécessaires7 %
Aucunement nécessaires6 %
Autre/Ne sait pas1 %
Total100 %