Les PME dotées d’un comité consultatif ont enregistré d’importantes augmentations de leurs ventes et de leur productivité.

C’est la principale conclusion d’une étude fraîchement publiée par la Banque de développement du Canada (BdC), spécialisée dans le soutien aux PME.

Outre la fiscalité et les conditions de marché, plusieurs facteurs internes auraient une influence marquée sur la croissance des PME. L’expertise des dirigeants, la qualité du démarchage et les habiletés de gestion sont parmi les plus importants.

La croissance au rendez-vous

Conjuguant une revue de la littérature à des entretiens avec un millier de dirigeants de PME, la BdC conclut ainsi que dans les trois années suivant la mise sur pied d’un comité au sein d’une PME, « les ventes ont connu une croissance de 66,8 %, comparativement à une croissance de 22,9 % au cours des trois années qui ont précédé la mise sur pied du comité ».

La productivité bénéficie également de l’expertise d’un tel comité : elle a augmenté de 5,9 % en moyenne dans les trois années suivant l’établissement de celui-ci, soit le double de ce qui est constaté dans les années précédant sa création.

Plusieurs autres aspects ont été mesurés par l’étude de la BdC. On relève ainsi que 27 % des entreprises qui ont un comité consultatif sont en forte croissance, affichant une croissance moyenne annuelle de plus de 20 % pendant trois ans. Le taux correspondant des PME sans comité est plutôt de 11 %.

Les comités peuvent également mitiger les impacts d’une mauvaise passe : seules 19 % des PME avec comité ont connu une croissance négative dans les dernières années, par rapport à 34 % pour les autres PME.

Des besoins comblés

C’est pour combler un besoin d’expertise complémentaire que des entrepreneurs réunissent un tel comité. Une expertise financière, de marketing, de gestion ou de développement des affaires peut ainsi être obtenue à faible coût.

Parmi les facteurs sur lesquels les comités ont eu le plus d’impact, les dirigeants citent l’innovation, la gestion des risques, la profitabilité, la croissance des ventes et les relations de travail.

Il y a plus, cependant : « le succès et la pérennité d’une entreprise reposent sur une solide gouvernance », soutient la BdC, qui constate que les comités consultatifs permettent d’améliorer la gouvernance d’une PME.

Sans compter qu’ils peuvent faire un monde de différence pour une PME. Alors qu’un conseil d’administration se charge des aspects administratifs et juridiques, la vision, la conquête de nouveaux marchés ou la gestion de la croissance nécessitent des expertises particulières.

En fin de compte, l’étude de la BdC conclut que « les dirigeants considèrent que les avantages qu’apporte le comité consultatif compensent largement les efforts investis dans sa mise sur pied », une démarche qu’ils n’hésiteraient pas à refaire.