Malgré les nombreux défis auxquelles elles sont confrontées, les femmes entrepreneures sont nombreuses à avoir la bosse des affaires, selon un sondage de BMO.

En effet, 63 % des femmes en affaires ont réussi à dégager des profits avant la fin de leur deuxième année d’activité. De plus, près des trois quarts des entreprises dirigées par des femmes (73 %) génèrent actuellement des profits.

Cela dit, la route vers le succès est semée d’embûches. Plus de la moitié des femmes interrogées ont affirmé que le principal défi qu’elles ont eu à relever a été de faire vivre leur famille jusqu’à ce que l’entreprise soit rentable (51 %).

L’obtention de financement pour le démarrage de l’entreprise a également été un obstacle majeur pour 43 % des femmes entrepreneures.

Un chiffre peu surprenant quand l’on considère que les femmes ont eu besoin de 201 729 $ en moyenne pour se lancer en affaires. La création d’un réseau de clients (43 %) et l’obtention de conseils pour le démarrage de l’entreprise (20 %) sont d’autres défis cités par les répondantes.

47 % DES PME DÉTENUES PAR DES FEMMES

Selon le Conseil consultatif économique des femmes en affaires (Women’s Business Economic Advisory Council – WBEAC), les entreprises entièrement ou partiellement détenues par des femmes représentent 47 % des petites et moyennes entreprises au Canada.

Et dans quel secteur évoluent majoritairement ces PME détenues par des femmes? Dans le secteur de la vente au détail (30 %), révèle le sondage de BMO.

Les services (soins de santé, immobilier et aliments et boissons) arrivent en deuxième place à 17 %, suivis des services professionnels (technologie, services financiers, services d’affaires, consultation, marketing et télécommunications) à 14 %.

« Le secteur des services, qui comprend le commerce de détail, a été très solide cette année, malgré les échos concernant la possibilité d’une récession technique, soutient Sal Guatieri, économiste principal à BMO Marchés des capitaux. Les résultats réels du secteur des services étaient en hausse de 2,2 % pour les six premiers mois de l’année par rapport à la même époque de l’année dernière, avec une hausse de 2,7 % observée dans le secteur du commerce de détail. »

D’après M. Guatieri, la stabilité des dépenses de consommation en cette période de faiblesse des taux d’intérêt devrait favoriser un maintien de la croissance au sein du secteur des services et de l’industrie de la vente au détail en 2016.

« Fait intéressant, le rapport signale également que les secteurs de la fabrication et de la construction (dans les domaines de l’automobile, des transports et de l’industrie) sont d’autres secteurs d’importance au sein desquels les femmes exercent actuellement des activités, dans une proportion de 17 %.

Ces deux secteurs ont été touchés par la baisse de production dans le secteur énergétique, mais ils devraient reprendre de la vigueur lorsque les prix du pétrole remonteront l’année prochaine », a poursuivi M. Guatieri.