Un couple de baby-boomers affairés au travail.
Photo : Viacheslav Iakobchuk / 123RF

Les baby-boomers semblent avoir la fibre entrepreneuriale. Près de la moitié des propriétaires de petites entreprises sont issus de cette génération. Parmi les Canadiens qui ont envisagé de lancer une entreprise, ils constituent la grande majorité (46 %) qui en ont réellement démarré ou acheté une. Tandis que les membres de la génération Y, quoique très intéressés par l’entrepreneuriat, se montrent plus prudents, révèle un récent sondage de RBC.

Près de la moitié des baby-boomers (49 %) qui ont lancé ou comptent lancer une entreprise le font pour accroître leur revenu de retraite. Quelque 41 % d’entre eux avouent que leur principale motivation était le départ de leurs enfants.

« L’avenir s’annonce radieux pour l’économie canadienne, qui est stimulée en grande partie par les petites entreprises, a déclaré Lori Darlington, vice-présidente, Petite entreprise et partenariats stratégiques de RBC. Les baby-boomers ont un sens remarquable de l’entrepreneuriat. Beaucoup concrétisent les projets qui les passionnent et puisent dans leur vaste expérience pour stimuler l’économie des petites entreprises. En parallèle, leur enthousiasme et leur leadership encouragent les entrepreneurs de demain, issus de la génération Y, à suivre leurs pas. »

UNE GÉNÉRATION MOTIVÉE

Même si pour le moment, ce sont plutôt les baby-boomers qui font rouler l’économie des petites entreprises, les membres de la génération Y sont également très intéressés par l’expérience entrepreneuriale. La grande majorité d’entre eux (70 %) ont envisagé d’avoir une entreprise, une hausse de 7 % par rapport à 2018.

Leurs motivations sont autres que celles des baby-boomers. Ainsi, les Y désirent avoir leur propre entreprise pour principalement trois raisons :

  • Avoir le plein contrôle de leur carrière (92 %)
  • Mener des activités qui concordent avec leurs valeurs personnelles (89 %)
  • Présenter de nouvelles offres intéressantes sur le marché (85 %)

Les membres de la génération Y semblent également plus enclins que la génération précédente à vouloir léguer quelque chose à leurs enfants : 62 % d’entre eux affirment que c’est le cas, alors que cette proportion ne s’élève qu’à 44 % dans l’ensemble de la population.

FAIRE PREUVE DE PRUDENCE

Les aspirants entrepreneurs font preuve de prudence et misent beaucoup sur la préparation avant de se lancer. Ainsi, 68 % des aspirants propriétaires estiment que les recherches constituent l’étape la plus importante, contre 34 % chez les propriétaires d’entreprise. Ceux-ci ont indiqué avoir misé en priorité sur la prise de contact avec des clients potentiels (44 %), un élément que les futurs entrepreneurs ne négligent pas non plus puisque 49 % d’entre eux s’attèlent activement à cette tâche.

Les aspirants entrepreneurs considèrent également d’autres facteurs comme importants :

  • 48 % mettent à l’essai leurs idées commerciales dans leurs temps libres, contre 26 % chez les entrepreneurs actuels;
  • 52 % veulent d’abord épargner ou rembourser leurs dettes, contre 23 % chez les entrepreneurs;
  • 46 % désirent trouver un accompagnateur ou un mentor en affaires pour les aider, contre 21 %;
  • Et 31 % prennent contact avec des investisseurs.

« Les aspirants entrepreneurs d’aujourd’hui font preuve d’une plus grande prudence quand il s’agit de devenir propriétaires. Celle-ci peut être de nature générationnelle et s’expliquer par la conjoncture socioéconomique, explique Lori Darlington. Bien que la prudence et la préparation soient importantes, elles ne devraient jamais empêcher les entrepreneurs de donner vie à leurs rêves et à leurs idées novatrices ».