Recrutement et rétention difficiles, retards coûteux, effets sur la santé et la productivité : l’impact des nombreux chantiers routiers au Québec se fait sentir sur la gestion quotidienne du personnel des entreprises.

Un sondage mené par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés auprès de ses membres révèle que cette réalité affecte 70 % des répondants, par rapport à 55 % en 2011.

D’autres statistiques permettent de saisir l’ampleur du problème. Près de 30 % des professionnels en ressources humaines sondés disent avoir échappé des candidats potentiels en raison des travaux routiers affectant leur secteur. Plus de 25 % affirment que des employés ont quitté leur entreprise pour éviter une telle situation. L’impact serait deux fois plus important dans la métropole que dans la région de Québec.

La santé au cœur des préoccupations

Toujours selon le sondage, 76 % des répondants indiquent que les travaux routiers ont un impact psychologique sur les travailleurs. Quelque 89 % d’entre eux y voient une cause de stress chez les employés, 72 % de l’irritabilité et 58 % de la fatigue.

« Après avoir subi les embouteillages et les détours, il est probable que le travailleur n’entreprend pas sa journée dans un état d’esprit très serein. J’imagine que cela pourrait avoir des répercussions sur les relations du travail. L’organisation peut adopter des mesures pour atténuer les effets néfastes des travaux routiers », souligne Florent Francoeur, président-directeur général de l’Ordre.

M. Francoeur cite ainsi la mise en place d’horaires flexibles et du télétravail, qui semblent être les mesures les plus fréquemment adoptées, de même que l’ouverture d’un bureau à l’extérieur de l’île de Montréal, une solution pouvant réduire l’impact des problèmes de circulation et constituer un point d’attraction supplémentaire en période de recrutement.

En retard de manière ponctuelle

Les retards à répétition découlant des problèmes de circulation affectent aussi les entreprises sur le plan de la productivité. Plus de 50 % des répondants évaluent le retard moyen des employés causé par les travaux routiers à plus de 15 minutes chaque jour. Près de 60 % des répondants observent aussi une hausse de l’absentéisme en période de travaux routiers.