Les entreprises qui disposent d’un système de recrutement déficient risquent fort bien de voir les meilleurs candidats leur filer entre les doigts.

Pour plus de six travailleurs canadiens sur dix (64 %), la partie la plus frustrante d’une recherche d’emploi est l’attente interminable d’une réponse après une entrevue, selon un sondage de Robert Half mené auprès de 400 employés canadiens et publié jeudi.

Là où le bât blesse, c’est que 24 % des candidats perdent tout intérêt dans l’entreprise s’ils n’ont pas de nouvelles dans la semaine qui suit l’entretien. Cette proportion grimpe à 47 % lorsque l’entreprise ne donne aucun signe de vie dans les deux semaines suivant l’entrevue.

Lorsque confrontés à un long processus d’embauche, 46 % des répondants se détournent de l’entreprise et continuent leur recherche d’emploi, tandis que 16 % décident de rester dans leur emploi actuel. Près de deux personnes sur cinq (39 %) déclarent également qu’un processus d’embauche prolongé les amène à s’interroger sur la capacité de l’organisation à prendre d’autres décisions.

RÉVÉLATEUR, LE PROCESSUS D’EMBAUCHE

« Les professionnels hautement qualifiés, surtout ceux qui possèdent de l’expérience dans la conformité à la réglementation, les nouvelles technologies d’affaires et l’analyse financière peuvent répondre à plusieurs offres d’emploi par semaine », rappelle Greg Scileppi, président des activités canadiennes de recrutement chez Robert Half International.

Les candidats les plus talentueux, qui ont généralement plusieurs options, se tourneront donc vers les organisations qui non seulement leur montrent de l’intérêt, mais qui présentent aussi un processus de recrutement rapide et bien organisé.

« Le processus d’embauche est l’occasion pour une entreprise de créer une première bonne impression sur des employés potentiels, et cela reflète la culture générale de l’entreprise, ajoute M. Scileppi. Si les gens ont l’impression que leur avancement professionnel risque d’être entravé par une organisation lente et indécise, ils pourraient choisir de renoncer complètement au poste convoité. »

UNE QUESTION DE DÉLAIS

Qu’est-ce que les candidats considèrent comme un délai trop long? La majorité des travailleurs interrogés (32 %) jugent qu’un processus de recrutement qui dure de 15 à 21 jours entre l’entrevue initiale et l’offre d’emploi est trop long. Une proportion à peine plus faible (29 %) pense qu’un délai de 7 à 14 jours est trop long.

L’embauche est l’une des décisions les plus importantes qu’une entreprise puisse prendre, et le risque de commettre des erreurs amène certaines entreprises à étirer le processus en ajoutant des jours, voire des semaines avant de prendre une décision finale, remarque Robert Half. Mais cette façon de faire entraîne souvent la perte des meilleurs candidats et la reprise à zéro du processus de recherche.

« Ultimement, les entreprises doivent être prêtes et présenter une stratégie de recrutement à la fois exhaustive et souple », soutient Greg Scileppi.

La rédaction vous recommande :