La santé financière et la résilience des PME canadiennes ont eu un effet positif sur les résultats de l’exercice financier 2014 de la Banque de développement du Canada (BDC), qui a vu sa base de clients grimper de 6,7 % pour s’établir à plus de 30 000 PME.

En date du 31 mars 2014, BDC a consenti 4 G$ en nouveaux prêts aux PME et autorisé des investissements directs et indirects de 154,8 M$ en capital de risque, de même que des placements de 210 M$ dans des fonds dans le cadre du Plan d’action sur le capital de risque.

Du bénéfice net de 432,6 M$ enregistré, un dividende de 54,6 M$ sera versé au gouvernement fédéral alors que le reste sera réinvesti dans le soutien aux entrepreneurs canadiens.

Le ratio d’efficience du financement, soit le montant des charges requises pour générer chaque dollar de revenu, est passé de 43,7 % en 2010 à 40 % en 2014. Chaque fois que BDC dépense 40 cents, elle génère donc un dollar de revenu.

Autres chiffres en hausse

La Banque a entrepris 2 505 mandats de consultation en 2014.

Le secteur du financement a traité 10 976 nouvelles transactions durant l’exercice 2014, pour un portefeuille en hausse de 7,9 % sur l’année à 17,7 G$.

Capital de croissance et transfert d’entreprise voit son portefeuille en hausse à 601 M$ au terme de l’exercice, contre 566 M$ à pareille date en 2013.

BDC a maintenu sa position d’investisseur en capital de risque le plus actif au Canada avec un total de montants engagés de 861,9 M$, contre 821,9 M$ pour l’exercice 2013.

Les activités de titrisation pour 2014 se soldent à 336,5 M$ pour les titres adossés à des créances mobilières et à 200,4 M$ pour les décaissements totaux. Tous les titres adossés à des créances mobilières émis dans le cadre de la Facilité canadienne de crédit garanti ont été entièrement remboursés en octobre 2013.

La rédaction vous recommande :