« La récente croissance économique américaine et le pouvoir d’achat des marchés émergents créent des occasions d’affaires attrayantes que les PME québécoises ne peuvent plus ignorer dans l’environnement concurrentiel d’aujourd’hui, » affirme Pierre Cléroux, vice-président, Recherche, économiste en chef de la Banque de développement du Canada (BDC).

Selon Louis-Martin O’Neill, associé chez Davies Ward Phillips & Vineberg, les entreprises d’ici possèdent les atouts et les qualités nécessaires pour tenter l’aventure de l’internationalisation.

Cela dit, il reste bon nombre d’obstacle à franchir pour que les PME du Québec puissent s’internationaliser.

Nos PME, trop petites pour le monde?

Les partenaires de Focus stratégique 2013 ont relevé un constat inquiétant quant à l’avenir des PME du Québec sur le marché mondial. Une enquête menée auprès de quelque 450 entreprises de la province révèle que plusieurs facteurs, dont la taille de l’entreprise, la culture de l’organisation et les secteurs industriels de prédilection au Québec représentent des obstacles à la capacité des PME à profiter des marchés internationaux.

« On constate par exemple qu’il n’y a pas assez de moyennes entreprises au Québec, alors que nous savons que la taille influence plusieurs choses comme la probabilité de faire une acquisition à l’international ou les méthodes de financement utilisées pour la croissance. », explique Oona Stock, associée de KPMG-Secor et responsable de la démarche de Focus stratégique.

L’enquête révèle également que 13 % des PME interrogées indiquent manquer fortement de financement et être trop petites pour franchir les frontières. Cela dit, si ce n’était que du manque de ressources internes ou à l’étranger, 37 % des entreprises sondées se disent prêtes à étendre leur marché au niveau international.

L’initiative Focus stratégique 2013 est un appel à l’action s’adressant aux principales parties prenantes afin qu’elles viennent en aide aux PME pour aborder de manière proactive les occasions de faire croître leur marché à l’étranger.

À lire : Les PME devraient considérer les marchés émergents