baranq / 123RF

La structure de la rémunération influence l’équilibre travail-famille en incitant les travailleurs recevant des bonus au rendement à prioriser le temps passé avec les collègues au détriment de leurs proches, selon les recherches d’Ashley Whillans, professeure adjointe à l’unité Négociation, organisations et marchés de la Harvard Business School.

Selon cette recherche menée auprès de 545 participants aux États-Unis, les employés qui reçoivent des primes de rendement passent chaque jour 2 % de temps en moins à fréquenter leurs amis et leur famille, et 3 % de temps en plus avec leurs clients et leurs collègues. Sur une année, cela représente huit jours supplémentaires passés avec les clients et les collègues par rapport aux autres employés.

La recherche s’est également penchée sur les données de l’enquête sur l’emploi du temps du recensement américain entre 2010 et 2015 pour examiner le travail quotidien et les activités sociales de 75 210 participants. Les employés payés avec des bonus au rendement étaient jusqu’à deux tiers plus enclins à passer du temps supplémentaire avec leurs collègues plutôt qu’avec leur famille et leurs amis que les travailleurs salariés – même si cela entraînait des niveaux de bonheur plus faibles.

PLUS DE TRAVAIL, MOINS DE BONHEUR

« La façon dont vous commencez à voir le monde lorsque vous êtes payé par des incitations à la performance est que tout moment où vous ne travaillez pas est un moment gaspillé. Les effets négatifs du fait de choisir constamment le travail au détriment des relations personnelles semblent s’accumuler avec le temps et contribuer à leur tour à des résultats négatifs en matière de santé mentale », explique Ashley Whillans

Les incitatifs financiers peuvent ainsi contribuer à l’insatisfaction des employés, à l’épuisement professionnel et à des problèmes personnels à la maison.

Ces problèmes sont encore accentués en temps de pandémie, alors que de nombreux employés travaillent plus longtemps et plus durement que d’habitude. Les travailleurs finissent par être épuisés ce qui se traduit par des pertes de productivité. Il a en effet été démontré que les organisations perdent environ un mois de productivité par an à cause des problèmes de santé des employés, notamment les problèmes de santé mentale.