Les propriétaires de PME sont plus enthousiastes quant à leur avenir qu’ils ne l’ont été au cours des dernières années, selon le Rapport sur la confiance des petites entreprises de BMO.

La majorité (62 %) des propriétaires de PME canadiens estiment que 2014 sera une meilleure année, et 55 % croient que leur entreprise croîtra. Seulement 6 % prévoient que leur entreprise aura des problèmes. Au Québec, 60 % sont optimistes, contre 8 % des propriétaires de PME qui croient que 2014 sera pire. Cinquante-huit pour cent (58 %) des propriétaires québécois prévoient que leur entreprise croîtra l’année prochaine.

Le rapport calcule le niveau de confiance des propriétaires de PME relativement à l’économie. Cette année, le résultat est de 70, en hausse par rapport à la même période l’année dernière (63) et au printemps dernier (59).

Ce sont les entrepreneurs de la Colombie-Britannique (74) et de l’Alberta (73) qui sont les plus optimistes, tandis que ceux de l’Ontario, du Québec et des pays de l’Atlantique le sont moins.

« Le bien-être de nos petites entreprises cliente est notre grande priorité. Notre sondage semi-annuel démontre que les entreprises canadiennes sont en bonne santé et que leurs propriétaires sont plus optimistes que jamais, explique Mario Rigante, vice-président, Services bancaires aux entreprises, BMO Banque de Montréal. Il est particulièrement intéressant de noter que les perspectives sont bonnes pour les entreprises de l’ensemble du pays; les entrepreneurs se sentent soutenus et encouragés où qu’ils se trouvent au pays »

« Les opinions positives des entreprises pour 2014 correspondent à nos prévisions d’une accélération de la croissance dès le début de l’an prochain », ajoute Benjamin Reitzes, économiste en chef, BMO Marchés des capitaux. L’amélioration du contexte économique aux États-Unis et à l’échelle mondiale devrait stimuler les entreprises canadiennes et l’économie dans son ensemble. »

Faits saillants du rapport :

Le tiers des propriétaires de PME envisagent d’investir dans leur entreprise. L’investissement le plus commun est la modernisation des équipements (76 %). On retrouve ensuite :

  • l’embauche de nouveaux employés (46 %);
  • l’amélioration de la technologie et des systèmes (45 %);
  • la formation des employés (45 %);
  • la diminution des frais généraux par le passage vers une main-d’œuvre mobile (16 %).