Même s’ils travaillent énormément, les propriétaires de PME se disent heureux. À un tel point que très peu d’entre eux feraient un retour en arrière, selon un sondage d’Intuit Canada rapporté par le Journal de Montréal.

Il semblerait que l’indépendance, les horaires flexibles facilitant la conciliation travail-famille et l’espoir d’un avenir plus prometteur n’aient pas de prix pour les entrepreneurs.

Ainsi, 33 % des dirigeants de PME canadiens (36 % au Québec) se sont lancés en affaires pour devenir leur propre patron. D’ailleurs, seulement 17 % d’entre eux (11 % au Québec) indiquent qu’ils pourraient retravailler pour quelqu’un d’autre un jour. Il n’est donc pas surprenant d’apprendre que la majorité des entrepreneurs canadiens (40 %) citent l’indépendance comme principal avantage de diriger une PME.

Conclusion? Pas moins de 65 % des propriétaires de PME canadiens (59 % au Québec) se disent plus heureux et moins stressés depuis qu’ils ont acquis ou fondé leur propre entreprise.

PEU MOTIVÉS PAR L’ARGENT

À l’opposé, peu de propriétaires de PME se sont lancés en affaires pour gagner plus d’argent. Seulement 13 % des répondants (15 % au Québec) affirment avoir été avant tout motivés par l’augmentation de leur revenu lorsqu’ils ont décidé de quitter leur patron. À peine un entrepreneur sur 10 (7 % au Québec) considère que la hausse du salaire est le principal avantage d’être propriétaire d’une PME.

Si l’argent n’est pas une motivation majeure, elle demeure cependant la principale préoccupation des dirigeants de PME. Ainsi, 32 % des répondants canadiens et 31 % des répondants québécois soutiennent que le manque de liquidité leur cause de l’insomnie. La gestion de la croissance est également un grand défi pour 21 % des dirigeants de PME.