Amélioration de la conjoncture du secteur, accélération de la croissance de la production, ralentissement de l’inflation des prix d’achat contribuant à freiner la hausse des prix de vente, nouvelles commandes et création d’emploi : voilà ce qui ressort de l’Indice PMI RBC des directeurs d’achats de l’industrie manufacturière canadienne pour le mois de juillet.

Ainsi, l’indice global PMI RBC du secteur manufacturier canadien s’est redressé de 53,5 en juin à 54,3 en juillet, s’inscrivant au-dessus de la barre de 50,0 sans changement pour le seizième mois consécutif. L’indice atteint ainsi son plus haut niveau depuis novembre 2013, et signale une croissance soutenue du secteur manufacturier canadien.

En plus de produire l’Indice global PMI RBC, l’étude suit les variations de la production, des nouvelles commandes, de l’emploi, des stocks et des délais de livraison des fournisseurs.

Principales conclusions

– Plus forte amélioration de la conjoncture depuis novembre 2013

– Accélération de la croissance de la production et des nouvelles commandes en juillet

– Progression de l’emploi pour le sixième mois consécutif

– Le taux d’expansion de la production s’est redressé pour le deuxième mois consécutif, atteignant ainsi son plus haut niveau depuis novembre 2013, tandis que le rythme de progression des nouvelles commandes affiche en juillet un sommet de huit mois.

– Les entreprises interrogées attribuent la hausse de leurs ventes à un raffermissement de la demande sous-jacente ainsi qu’à une amélioration de la confiance des clients. La croissance des nouvelles commandes s’explique également par une hausse accrue des ventes à l’exportation, la plus forte depuis mars 2014.

– Le renforcement de la demande a entraîné une accumulation du travail en cours dans les entreprises manufacturières. Les arriérés de production ont augmenté pour un sixième mois consécutif, enregistrant ainsi leur plus longue période de progression depuis trois ans. En conséquence, les fabricants ont procédé à la création de nouveaux postes en juillet, les dernières données indiquant une croissance soutenue de l’emploi au cours du mois, la plus forte depuis septembre 2013.

– La hausse du volume des achats s’est poursuivie en juillet, dans le secteur manufacturier, le taux d’expansion atteignant son plus haut niveau de l’année en cours.

– Les stocks d’intrants ont reculé pour un troisième mois consécutif au cours de la dernière période d’enquête. Parallèlement, les stocks de produits finis ont enregistré leur plus forte réduction depuis douze mois, ce que certains répondants attribuent à des ventes supérieures aux prévisions.

– La hausse des prix d’achat continue de ralentir par rapport au pic de près de trois ans enregistré en mars et, bien qu’il est resté élevé, le taux d’inflation des coûts moyens affiche son plus bas niveau depuis janvier. L’atténuation de l’inflation des coûts a permis de freiner la hausse des prix de vente, ceux-ci enregistrant leur plus faible augmentation depuis décembre 2013.

Faits saillants

– Le Québec continue d’enregistrer une amélioration de la conjoncture plus marquée que celle des autres régions;

– L’emploi progresse dans les quatre régions couvertes par l’enquête : Québec, Ontario, Ouest canadien, Maritimes. Le Québec et l’Ontario enregistrent le plus fort taux de création de postes;

– Les nouvelles commandes à l’exportation ont également augmenté dans les quatre régions;

– La production, les nouvelles commandes et l’emploi ont enregistré en juillet leurs plus forts taux d’expansion de l’année 2014;

– L’amélioration de la conjoncture résulte également d’une atténuation des tensions sur les coûts, laquelle permet de freiner la hausse des prix de vente, le taux d’inflation des tarifs des fabricants affichant son plus bas niveau depuis la fin de l’année 2013.