Caméra de surveillance
Photo : ismagilov / iStock

Des employés qui privilégient les horaires flexibles, le télétravail plus enraciné que jamais, la fin (ou presque) du 9 à 5, les salaires à la hausse, la grande démission, la fantômisation (ou ghosting)… Le marché du travail a subi bien des bouleversements ces dernières années, certains plus heureux que d’autres. Voici ce qu’il faut savoir pour bien tirer son épingle du jeu en tant qu’employé ou employeur en 2023.

OFFRIR DE LA FLEXIBILITÉ

L’équilibre entre vie professionnelle et personnelle n’a jamais été aussi important. D’où la recherche de flexibilité qui est devenue le nouveau mot d’ordre. Et celle-ci peut prendre diverses formes comme les horaires flexibles pour faciliter la conciliation, travail-famille, la possibilité de choisir son lieu de travail (bureau, maison, espace de coworking) selon son besoin ou ses envies et de moduler la charge de travail en fonction de ses pointes et de ses creux d’énergie, etc.

Selon l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, dans cette transformation, le rôle du gestionnaire ou du conseiller en ressources humaines prend toute son importance. Dans la gestion de leurs effectifs, « les entreprises doivent être encore plus flexibles », a affirmé Manon Poirier, directrice générale de l’Ordre, dans une entrevue qu’elle accordait au journal Le Soleil.

RENFORCER L’ENGAGEMENT DES EMPLOYÉS

Des employés désengagés de leur travail, il y en a toujours eu. Le phénomène a pris toutefois de l’ampleur ces dernières années. On parle de démission silencieuse quand l’employé ne va pas au-delà des tâches qui lui sont attribuées. Sans parler de la fantômisation, soit les employés (souvent nouvellement embauchés) qui ne se présentent pas au travail sans donner aucune explication à leur gestionnaire.

Dans les deux cas, ce sont les collègues qui écopent puisqu’ils se retrouvent avec une charge de travail supplémentaire. Un défi de gestion pour les entreprises qui doivent déployer des stratégies pour renforcer l’engagement des employés afin d’améliorer la productivité et réduire le taux d’absentéisme.

Dans un récent article, Jean-François Boudreault, vice-président et directeur général d’AURAY leadership, une firme-conseil en ressources humaines affiliée à RCGT, présente dix mesures que l’employeur peut prendre pour mobiliser ses employés. Parmi celles-ci, il doit s’assurer qu’ils comprennent bien leurs tâches et leur contribution aux objectifs de l’entreprise. Il doit également les informer sur les résultats de l’organisation, les impliquer dans les prises de décisions et montrer de la reconnaissance aux employés engagés et efficaces.

Selon Jean-François Boudreault, « le leadership du dirigeant est probablement l’un des meilleurs moyens pour motiver et mobiliser les troupes. » Il ne doit pas perdre de vue que les employés sont au cœur de son succès… ou de ses difficultés.

RETROUVER LE TRAVAIL D’ÉQUIPE

Après plus de deux ans de télétravail, il n’est pas facile d’inciter les employés à revenir au bureau, que ce soit en mode hybride ou à temps complet. Les entreprises et leurs gestionnaires doivent leur donner de bonnes raisons de se déplacer au bureau.

Comme le souligne Daniel Lafrenière, consultant en ressources humaines, interviewé par Le Soleil, « [ils] ne veulent pas retourner au bureau pour faire les mêmes tâches qu’en télétravail. Il faut qu’il y ait une motivation pour faire la route ».

Réaménager les bureaux pour offrir des aires de collaboration où les employés pourront se retrouver pour échanger des idées, collaborer et travailler en équipe devient essentiel. Se doter d’outils pour réserver son espace de travail et savoir qui sera présent au bureau, prévoir des activités de socialisation (pause discussion, événements spéciaux, anniversaires à souligner, etc.) constituent d’autres moyens pour favoriser la présence des employés et créer une dynamique favorable entre eux.

OFFRIR UNE RÉMUNÉRATION COMPÉTITIVE

Avec la hausse de l’inflation et du coût de la vie, le salaire prend de l’importance aux yeux des employés forçant les entreprises à réagir pour conserver leurs talents.

Selon la firme Normandin Beaudry, qui offre des services-conseils en actuariat et rémunération globale, les augmentations salariales vont atteindre de nouveaux sommets en 2023, soit autour de 4,2 % (les prévisions étaient de 3,8 % avant l’été 2022). Certaines entreprises prévoient un budget moyen d’augmentations salariales supérieur à 5 % et jusqu’à 20 % dans certains cas.

Les employeurs n’ont pas le choix de passer à l’action pour s’ajuster au marché, fidéliser les employés clés et ceux qui pourraient envisager de changer d’employeur. Ce serait le cas pour près d’un tiers des travailleurs, selon une récente étude de Robert Half.

PRIORISER LA SATISFACTION DES EMPLOYÉS

Des employés satisfaits seront forcément plus engagés et livreront des résultats. Pour prendre soin de ses troupes, assurez-vous d’offrir régulièrement de la rétroaction et d’être à l’écoute de leurs besoins. Ceux-ci varient d’une personne à l’autre, il faut donc adapter sa communication à chacun.

RECRUTER DE BONS GESTIONNAIRES

Ils sont en première ligne des changements du marché du travail. Ces dernières années, ils ont donc eu une plus grande charge de travail avec les aléas du recrutement en raison de la pénurie de main-d’œuvre, le taux de roulement élevé, les nouvelles façons de travailler, etc. Leur rôle est essentiel, c’est important de les valoriser.