Photo : Ion Chiosea / 123RF

Plus de la moitié des entreprises ont affirmé avoir été victimes de fraude ou autre crime économique ces 24 derniers mois, selon le sondage mondial 2022 sur la fraude et le crime économique réalisé par PwC. Le pourcentage s’élève ainsi à 51 % à l’échelle mondiale et grimpe à 60 % au Canada.

La majorité des répondants canadiens (73 %) estiment que les perturbations liées à la COVID-19 ne sont pas sans lien avec cet accroissement des risques de fraude. En effet, avec l’accélération du passage au tout numérique, on constate que le cybercrime représente toujours la majeure partie des crimes économiques. Ainsi, 43 % des répondants en ont été victimes en 2022.

« Compte tenu du ralentissement économique et de la contraction des liquidités qu’on nous prévoit, nous pouvons nous attendre à ce que les crimes économiques demeurent une importante menace pour les entreprises canadiennes et que de nouvelles formes de méfaits voient le jour », prévient Marie-Chantal Dréau, associée, Services Conseils, Juricomptabilité, règlement des litiges et gestion de crise, PwC Canada.

Dans les deux dernières années, les Canadiens disent avoir constaté de nouveaux types de fraudes et d’inconduites financières. Ces dernières étaient liées particulièrement à la pandémie et aux programmes d’aide gouvernementaux, mais aussi à la chaîne d’approvisionnement et aux mesures environnementales, sociales et de gouvernance.

Outre ces changements, les pertes ont également augmenté. Les entreprises canadiennes ont ainsi été plus nombreuses à subir des fraudes ayant entraîné des pertes supérieures à 1 M$ US. Leur nombre a augmenté de 20 % en 2022 par rapport à 2020.

Toutefois, le rapport montre que la fraude est mieux détectée qu’auparavant, notamment grâce à l’analytique des données.

Pour se prémunir dans ce monde qui change rapidement, les chefs d’entreprises canadiens devraient prendre trois mesures centrales, soutient le rapport, soit :

  • poursuivre la prévention;
  • s ’adapter et se protéger contre les nouvelles menaces;
  • penser aux répercussions de l’utilisation des systèmes numériques (risque lié aux plateformes) et de la collaboration à l’échelle de l’entreprise.

Ce sondage a été réalisé auprès de 2 319 personnes dans 68 pays.