Les femmes, qui comptent pour près de la moitié de la main-d’œuvre canadienne, continuent d’être sous-représentées dans les professions techniques et les emplois spécialisés. Les récentes annonces fédérales changeront-elles la donne? Et pourraient-elles aider l’une de vos clientes?

Mise en contexte : en 2009, la gent féminine n’occupait que 22,3 % des emplois en génie, en mathématiques et en sciences naturelles. En 2012, les femmes ne comptent que pour 4 % du personnel dans le secteur du bâtiment et 20 % dans le secteur primaire.

Afin de voir ces données être revues à la hausse, Ottawa a annoncé en janvier dernier le programme de demandes pour le Prêt canadien aux apprentis, qui aide les personnes inscrites à un métier désigné Sceau rouge à terminer leur formation, et ce, sans intérêt.

Plus récemment, la campagne Mon expérience, sa réussite — Accompagnez-la vers le succès a été lancée. L’objectif : inviter les chefs d’entreprise à contribuer au développement de la carrière d’une femme sous forme de mentorat. La chef de la direction de la Financière Sun Life au Québec, Isabelle Hudon, fait d’ailleurs partie de ce programme.

D’AUTRES MESURES UTILES

À ces initiatives s’ajoutent également les annonces fédérales incluses au Plan d’action économique 2015. Ces mesures prévoient aider les entrepreneures à trouver les outils nécessaires à leur réussite, incluant des activités de réseautage et de mentorat de même que des accès facilités aux programmes de financement et au marché international.

Depuis 2007, Ottawa a injecté plus de 162 M$ dans plus de 780 projets communautaires par l’entremise de Condition féminine Canada. Plus précisément, 68 M$ ont été alloués à des initiatives de sécurité et de prospérité économique des femmes, et 18 M$ à des projets favorisant l’avancement des femmes dans les professions techniques.