Pour 51 % des chefs de PME canadiens, l’année 2015 sera supérieure à l’année précédente en termes de productivité et de profitabilité. Plus encore, 48 % d’entre eux entrevoient la croissance de leurs activités, selon le rapport semestriel BMO sur la confiance au sein des petites entreprises. Une attitude positive et proactive dans un contexte où l’indice de confiance se chiffre actuellement à 59 %, soit en baisse de 9 % par rapport à l’automne 2014.

Le document, baromètre du climat de confiance économique dans lequel les dirigeants d’entreprise évoluent et envisagent l’avenir de leur entreprise, offre plusieurs indicateurs-clés permettant de déterminer les possibles en matière d’investissement de croissance, d’embauche et d’expansion.

Outre les statistiques précitées, le rapport offre plusieurs autres données et tableaux, prouvant l’exhaustivité de la démarche. Il ressort ainsi que pour l’année 2015 :

  • 56 % des sondés anticipent une rentabilité en hausse;
  • 29 % tablent sur une performance haussière de l’économie du pays;
  • 29 % entendent procéder à des investissements dans leur entreprise.

« La bonne nouvelle, c’est que les entrepreneurs canadiens entendent poursuivre l’expansion de leur entreprise, la majorité d’entre eux s’attendant à ce que leurs revenus augmentent cette année », a déclaré par voie de communiqué Steve Murphy, chef, Services bancaires aux entreprises, BMO Banque de Montréal. Selon lui, plusieurs chefs de PME pourraient profiter des faibles taux d’intérêt pour concrétiser leurs objectifs d’expansion.

APERÇU CANADA C.-B. ALB. PRAIRIES ONT. QUÉ. ATL.
Résultats à l’indice de croissance Printemps 2015 59 66 45 53 61 62 55
Automne 2014 68 75 69 65 66 64 66
Printemps 2014 65 69 70 61 676 58 63
Automne 2013 70 74 73 60 70 70 68


La prudence est de mise

Si 51 % des dirigeants sondés sont d’avis que 2015 sera meilleure que 2014 pour leur carnet de commande, le taux chute à 43 % lorsqu’il est question de 2016. Cette prudence serait notamment observable auprès des chefs d’entreprise de l’Alberta.

Leurs opinions divergent d’ailleurs d’un océan à l’autre. Comme l’illustre le tableau suivant, les provinces de l’Ontario, de la Colombie-Britannique et du Québec affichent les plus hauts taux d’optimisme.

CANADA C.-B. ALB. PRAIRIES ONT. QUÉ. ATL.
Croient que 2015 sera une meilleure année pour les affaires 51 % 61 % 30 % 41 % 55 % 54 % 47 %
Croient que 2015 sera une moins bonne année pour les affaires 26 % 21 % 48 % 38 % 21 % 17 % 37 %


Optimisme dans un contexte réaliste

Un peu moins du tiers (29 %) des entrepreneurs sont d’avis que la situation économique générale s’améliorera en 2015. C’est beaucoup moins qu’à l’automne 2014 où ce taux se chiffrait à 51 %.

CANADA C.-B. ALB. PRAIRIES ONT. QUÉ. ATL.
S’attendent à ce que l’économie s’améliore d’ici la fin de 2015 29 % 38 % 19 % 23 % 31 % 30 % 25 %
S’attendent à ce que l’économie se dégrade d’ici la fin de 2015 27 % 20 % 38 % 39 % 25 % 21 % 39 %


Pronostics de croissance

Près de la moitié des chefs d’entreprise (48 %) tablent sur une croissance de leur entreprise au cours des prochains mois, par rapport à 51 % à l’automne 2014. Le Québec reflète cet optimisme avec un taux identique à la moyenne (48 %) et le plus bas taux de pessimisme quant aux possibilités de croissance.

CANADA C.-B. ALB. PRAIRIES ONT. QUÉ. ATL.
S’attendent à ce que leurs activités s’accroissent en 2015 48 % 52 % 25 % 41 % 54 % 48 % 58 %
S’attendent à ce que leurs activités ralentissent en 2015 10 % 10 % 25 % 15 % 8 % 5 % 12 %


Investir : un projet commun au tiers des entrepreneurs

Le contexte s’y prêtant particulièrement bien, 29 % des dirigeants d’entreprise ont l’intention d’investir dans leur entreprise, un taux en hausse de quatre points par rapport à l’automne 2014.

CANADA C.-B. ALB. PRAIRIES ONT. QUÉ. ATL.
Prévoient investir davantage en 2015 29 % 33 % 21 % 29 % 30 % 30 % 22 %
Prévoient investir moins en 2015 23 % 17 % 28 % 26 % 23 % 26 % 17 %


La rédaction vous recommande :