La méfiance qu’affichent les Canadiens envers les gouvernements et les entreprises a atteint un niveau si élevé qu’elle entrave la croissance économique du pays, révèle un rapport du cabinet de relations publiques National.

Pour en venir à cette conclusion, les auteurs de l’étude Regard neuf sur… Comment pallier le cynisme des consommateurs ont analysé pendant un an 44 000 conversations en ligne tenues sur cinq réseaux sociaux. Les résultats sont clairs : pas moins de 91 % de ces discussions étaient fortement empreintes de cynisme.

Les Canadiens ont l’impression d’avoir peu d’influence sur les choix des décideurs qui ont une incidence sur leur vie. Ils se sentent abandonnés par « le système », qui ne tient pas ses promesses pour ce qui est de la croissance économique, de la sécurité et de la liberté de faire leurs propres choix. Conséquemment, ils sont réticents à faire confiance aux dirigeants ou aux marques.

Ce sentiment est partagé par divers groupes démographiques, qu’il s’agisse d’étudiants qui s’apprêtent à entrer sur un marché du travail incertain ou de retraités, qui mettent en doute la viabilité des régimes de soins de santé et de retraite.

L’IMPORTANCE DES VALEURS

Ces données sociologiques sont loin d’être anecdotiques pour les entreprises qui cherchent à rehausser l’image de leur marque. NATIONAL affirme que son étude « joue le rôle de sentinelle pour ce qui est d’aider les entreprises à comprendre la manière dont les valeurs influent sur les perceptions » des consommateurs.

Les Canadiens accordent de l’importance à deux valeurs prédominantesles comportements responsables et l’authenticitédans l’évaluation des politiciens et des entreprises auxquels ils accordent leur appui. Les trois quarts (75 %) des conversations en ligne analysées mettaient de l’avant les comportements responsables comme valeur prédominante, alors que 61 % d’entre elles laissaient entendre que l’authenticité était un élément clé pour paraître responsable. Les entreprises ont donc tout intérêt à arrimer leurs valeurs à celles de leurs différents publics.

Par exemple, les consommateurs s’attendent à ce que les dirigeants d’entreprises agissent dans l’intérêt supérieur de toutes les parties prenantes, et non dans leur intérêt personnel ou en fonction d’intérêts commerciaux.

En résumé, les organisations qui interagiront avec les Canadiens de manière honnête, ouverte et responsable vont faire échec au cynisme et attirer davantage de consommateurs, indique le rapport.

La rédaction vous recommande :