Tous les travailleurs vivent des périodes stressantes à certains moments de leur carrière. Mais attention! Si les employés de vos clients propriétaires de PME atteignent leur point de rupture, ils pourraient bien claquer la porte.

Selon un sondage de Monster Canada, le quart des travailleurs canadiens ont déjà quitté leur emploi tellement le stress était devenu insupportable. Plus de la moitié (58%) des répondants ont en outre affirmé être surmenés au travail. Ce sont les Québécois qui le pensent le plus, dans une proportion de 64 %. La charge de travail est la principale source de stress pour 36 % des travailleurs de la province.

« Les travailleurs canadiens sont sous pression au travail. Cette réalité, en plus de leurs engagements personnels et de leur désir de faire progresser leur carrière, peut accroître leur sentiment de stress au boulot », déclare Angela Payne, directrice générale de Monster Canada.

L’enquête menée par Léger auprès d’un millier de travailleurs canadiens a aussi démontré que les personnes gagnant moins de 40 000 $ sont les plus susceptibles d’avoir quitté un emploi à cause du stress (38 %). Quelque 27 % des travailleurs touchant un revenu de 40 000 $ à 59 000 $ ont aussi indiqué avoir démissionné en raison d’un niveau de stress extrême au travail.

LE SECRET EST DANS LA CONCILIATION

Malgré tout, les deux tiers (65 %) des employés canadiens affirment que leur entreprise encourage la conciliation travail-famille. Parmi ces travailleurs, ceux qui ont des enfants de moins de 18 ans sont plus enclins à indiquer que leur employeur soutient la conciliation travail-vie personnelle (71 %) que les autres (61 %).

Sans surprise, les Canadiens ayant quitté leur emploi en raison du stress sont considérablement plus susceptibles de nier que leur employeur favorise la conciliation travail-vie personnelle.

« Même si les employeurs soutiennent la conciliation travail-vie personnelle et proposent des initiatives à leur personnel, les employés ne se sentent pas encouragés à en tirer parti, souligne Angela Payne. C’est en établissant et en solidifiant les relations entre la direction et le personnel qu’il est possible d’assurer que les programmes les plus appropriés sont proposés et utilisés. »

Ce texte a initialement été publié par SmallBizAdvisor. Traduction et adaptation par Pierre-Luc Trudel.

La rédaction vous recommande :