Dans un monde où chacun court après son temps, les propriétaires de PME sont peut-être ceux qui en prennent le moins pour s’arrêter afin de recharger leurs batteries. Mais ils auraient grandement intérêt à le faire, rapporte Les Échos.

De nombreux entrepreneurs décident toutefois de s’accorder une période de repos mental afin de laisser la créativité et l’inspiration émerger de nouveau. Si tous n’ont pas la chance de fermer leur entreprise pendant 12 mois une fois tous les 7 ans, comme le designer Stefan Sagmeister, qui explique sa démarche dans une conférence TED, beaucoup s’offrent au minimum deux semaines de coupure. Et en constatent les bienfaits au retour.

RETROUVER LA FLAMME DU DÉBUT

Fondateur de Ticket for Change, Matthieu Dardaillon est parti cinq semaines avec dans sa valise des carnets de réflexion tenus depuis les débuts de son entreprise. En les relisant à tête reposée, il y a puisé matière à « redéfinir [son] rôle idéal et à retrouver [sa] flamme du début », a-t-il confié aux Échos. Il est revenu de son voyage avec de nouvelles méthodes de travail : pas de rendez-vous en matinée, mais un enchaînement de rencontres « les plus courtes possible » en après-midi.

Celui qui ne s’accordait auparavant jamais de pauses prolongées prévoit maintenant s’isoler à l’extérieur du bureau pour réfléchir à sa vision d’entreprise.

Cette tendance des retraites pour professionnels a même donné naissance à des entreprises spécialisées, comme The Swenson House, qui offre des retraites en France, en Indonésie et ailleurs.

La conclusion : ne jamais se sentir coupable de prendre des vacances, parce que celles-ci peuvent s’avérer fécondes… sur le plan professionnel !

La rédaction vous recommande :