Alors que le bras de fer sur les régimes de retraite reprendra sous peu entre le gouvernement Couillard et les employés municipaux, les résultats de l’Enquête sur la rémunération globale au Québec 2013, récemment publiés, permettent de dresser un constat actualisé.

Le rapport de l’Institut de la statistique du Québec contient une multitude de données objectives, consignées en deux séries de tableaux : l’une porte sur les salaires annuels, les honoraires et la rémunération globale par heure travaillée et l’autre compare les échelles salariales.

Les résultats étant compilés pour une centaine d’emplois, codés selon la Classification nationale des professions (CNP 2011), ils offrent aux travailleurs la possibilité d’évaluer leur revenu d’emploi et de se positionner dans le marché du travail québécois.

L’enquête sert notamment de base à la comparaison de la rémunération globale des salariés régis par une convention collective de l’administration québécoise avec celle des autres salariés québécois.

Chiffres en vrac

– 262 entreprises ont participé à l’enquête, soit 193 provenant du secteur privé et 69, du secteur public. L’ensemble de ces entreprises comptait 683 230 employés réguliers à temps plein.

– Le salaire annuel moyen d’un architecte est plus élevé dans l’administration fédérale au Québec (102 332 $) que dans l’administration municipale (79 422 $).

– Le maximum normal d’une échelle salariale pour le personnel technique en génie électronique et électrique est plus bas dans l’administration québécoise (52 961 $) que dans le secteur privé (72 461 $).

– Les employés de soutien de bureau généraux montrent une rémunération globale par heure travaillée plus élevée dans les entreprises publiques des trois paliers de gouvernement (48,08 $) que dans le secteur universitaire (35,25 $).