Les Canadiens vouent un profond respect aux PME, selon les résultats d’un récent sondage. En fait, une majorité écrasante (94 %) des répondants admirent les entrepreneurs, 92 % d’entre eux étant d’accord avec la décision de leur enfant ou d’un membre de leur famille immédiate de fonder sa propre entreprise.

L’étude, intitulée Perspectives sur les PME du Canada, s’appuie sur un sondage auquel 1 160 PME ont participé ainsi que sur un sondage public réalisé auprès de quelque 2 000 Canadiens adultes. Ces deux sondages, réalisés par Angus Reid Forum, ont été commandités par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), HP Canada et Intel Canada.

En désignant les institutions les plus respectées, les Canadiens placent l’entrepreneuriat au second rang, derrière les agriculteurs qui sont pour la plupart des PME. Le sondage a également établi que 95 % des Canadiens apprécient les produits, les services et l’attention personnalisée que leur offre une petite entreprise. Ce qui est important, c’est qu’un taux impressionnant de 98 % des Canadiens sondés affirment l’importance des PME pour l’avenir du Canada.

« Les Canadiens aux quatre coins du pays sont conscients de la valeur des PME et de l’importante contribution qu’elles apportent à l’économie », déclare Catherine Swift, présidente de la FCEI. « Quelque 94 % des Canadiens conviennent que les petites entreprises sont vitales pour leur communauté. Elles contribuent notamment en créant des emplois dans la région, en répondant aux besoins uniques de la collectivité, et en effectuant des dons sous forme de biens et de services. »

Paradoxalement, le sondage a aussi décelé un certain nombre de défis auxquels les PME sont confrontées : un total de 71 % des Canadiens trouvent, par exemple, que le système d’éducation n’insiste pas suffisamment sur l’entrepreneuriat comme option de carrière. Par ailleurs, 83 % d’entre eux pensent que, malgré le respect qu’ils ont pour les entrepreneurs, les gouvernements sous-estiment ces derniers. Lorsqu’on leur a demandé pourquoi ils ne se lancent pas en affaires, 57 % des répondants ont cité le manque d’argent comme le plus gros obstacle, suivi du niveau de risque connexe (40 %) et de l’incertitude quant au succès de l’entreprise (36 %).

Technologie = économiser temps et argent
Parmi les propriétaires et les employés sondés, 69 % des petites entreprises moins bien établies (en activité depuis 10 ans ou moins) cherchent à accroître leurs activités au cours des trois prochaines années.

De plus, 43 % des chefs d’entreprise ont indiqué que le fait d’investir dans la technologie les aiderait à atteindre leurs objectifs globaux; 67 % d’entre eux ont par ailleurs mentionné qu’ils pourraient ainsi économiser temps et argent. Les autres avantages comprennent l’amélioration de l’accès à l’information (64 %), la possibilité de rester concurrentiel (58 %) et la mise en valeur de l’innovation (48 %). En outre, 80 % des entreprises estiment que le rendement de leurs investissements dans la technologie correspond ou est supérieur à leurs attentes.

« Les résultats du sondage soulignent l’importance d’investir dans la technologie dans le cadre d’une stratégie de croissance à long terme d’une entreprise », soutient Elaine Mah, directrice de marketing aux entreprises, Intel Canada. « La technologie est perçue par les PME comme un catalyseur essentiel de l’innovation et de la productivité. »

Le sondage a aussi établi que 76 % des PME canadiennes estiment utiliser la technologie plus que leurs concurrents ou au même degré, seulement 18 % d’entre elles affirmant l’utiliser dans une moindre mesure. Cependant, les résultats sont différents lorsqu’il est question de la rapidité avec laquelle les PME adoptent les nouvelles technologies : seulement 17 % des entreprises adoptent la technologie tôt alors que 46 % croient qu’elles adoptent la technologie en même temps que leurs concurrents, probablement pour mieux comprendre de quelle manière le marché évoluera avant d’y investir.

« Ce résultat est intéressant lorsque vous considérez que 39 % des PME ont également indiqué que la concurrence, ainsi que la réglementation gouvernementale et la paperasserie sont à égalité au rang des principaux défis de l’exploitation d’une entreprise (39 %) », renchérit Leyland Brown, vice-présidente et directrice générale, Groupe des systèmes personnels, HP Canada. « Nous savons que la technologie offre un avantage concurrentiel aux PME et les résultats du sondage nous montrent que la majorité d’entre elles estiment avoir pris des mesures pour utiliser la bonne technologie afin d’affronter la concurrence. Il se peut que la plupart d’entre elles n’aient pas l’impression d’adopter la technologie tôt, mais les résultats obtenus révèlent qu’elles y ont recours pour jouir d’un avantage. »

La concurrence, ainsi que la réglementation gouvernementale et la paperasserie sont à égalité au rang des principaux défis de l’exploitation d’une entreprise (39 %), suivies par le fardeau fiscal global (33 %).