Lorsque l’économie tourne au ralenti, le crédit se resserre et les PME ont davantage de difficultés à se financer pour se maintenir à flot.

Rien de bien surprenant ici, mais les conclusions de l’étude Caractère cyclique du financement des PME au Canada, publiée la semaine dernière par Industrie Canada, font la démonstration par l’exemple que les PME obtiennent du financement facilement lorsque tout va bien dans l’économie.

Par contre, elles souffrent davantage que les grandes entreprises en période de récession puisqu’elles sont davantage sensibles au resserrement des conditions de crédits, indiquent les chercheurs d’Industrie Canada, qui plaident ainsi pour que les politiques publiques de financement des entreprises prennent le relais des grands prêteurs bancaires lors des périodes de vaches maigres.

Les auteurs de l’étude croient ainsi qu’il est possible « que cette nature cyclique des prêts aux entreprises ait un effet particulièrement défavorable », sur les PME notamment.

Déjà que l’accès au crédit leur est difficile quand l’économie va bien, les chercheurs constatent que leurs difficultés augmentent en période de décroissance.

D’où l’importance de s’assurer que les politiques publiques de soutien aux PME tiennent compte de cette situation.

Malgré les bonnes intentions gouvernementales, lorsqu’il y a morosité économique, « le gouvernement souhaite réduire le déficit budgétaire pour faire baisser les taux d’intérêt à long terme et stimuler l’investissement », et pourrait ainsi diminuer son soutien financier aux entrepreneurs.

En clair, c’est lorsque les PME peinent à se financer qu’elles devraient avoir un meilleur accès aux programmes publics.

À lire : Près de la moitié des nouveaux entrepreneurs pensent à jeter l’éponge